Inter-Environnement Bruxelles

Bruxelles, ville congolaise

Bruxelles en mouvements n°297, novembre 2018

© Laura Nsengiyumva

Sommaire

  1. Bruxelles ville congolaise : introduction par Thibault Jacobs
  2. La violence de la douceur par Gérald Hanotiaux
  3. Le Congo et le chocolat : repères historiques par Lucas Catherine
  4. La banane : son tour du monde et son arrivée via le Congo à Bruxelles par Lucas Catherine
  5. Tervuren : du musée empaillé au musée des illusions par Toma Muteba Luntumbue
  6. Empreintes du Congo belge dans l’espace public bruxellois par Thibault Jacobs
  7. La verdure de Bruxelles, don du peuple congolais ? par Lucas Catherine
  8. Le square Lumumba, une place avec une histoire (anti)coloniale par Lucas Catherine
  9. Une saison au Congo : souvenirs de la saga par Rudi Barnet
  10. Une tentative de décolonisation de la statue de Léopold II par Martin Vander Elst , Véronique Clette-Gakuba
  11. A. Chronologie partielle de la contestation des statues coloniales en Belgique par Lucas Catherine
  12. B. Critique du patrimoine esclavagiste et colonial, une conjoncture internationale par Martin Vander Elst , Véronique Clette-Gakuba
  13. Décoloniser n’est pas contextualiser par Martin Vander Elst , Véronique Clette-Gakuba
  14. Bruxelles 1927 : une conférence anticoloniale par Axel Claes (Plus tôt te laat (PTTL)), Luk Vervaet , Mohamed Benzaouia
  15. Pour aller plus loin
  16. Éditorial : qui veut des parkings en centre-ville ?
Dossier coordonné par Andreas Stathopoulos , Mohamed Benzaouia , Thibault Jacobs
Illustrations : Laura Nsengiyumva

L’histoire coloniale belge émaille la vie quotidienne des Bruxellois : dans le métro, les parcs bruxellois, les musées, mais aussi plus simplement au supermarché ou sur la table.

À l’heure de l’imminente réouverture du musée royal d’Afrique centrale, ce dossier propose une lecture de Bruxelles, ancienne capitale coloniale, parsemée de lieux, de places, de statues, de symboles, de souvenirs et de pratiques qui renvoient à ce passé congolais et le mêlent à notre quotidien. Mais de quel Congo parle-t-on ? Quel est notre rapport à ces traces ? Acceptons-nous de les regarder ? Comment les aborder dans une ville qui vante par ailleurs son cosmopolitisme ?

Accompagnez-nous pour une balade à travers la ville et son histoire, mettant en lumière une partie de l’héritage colonial et sa continuité dans notre quotidien de bruxellois. Un premier arrêt au goût chocolat-banane étrangement amer est suivi d’une visite dans les limbes de la réouverture du musée de Tervuren (créé par le roi bâtisseur en personne) pour déboucher sur un panorama cartographique des lieux nommés d’après d’illustres missionnaires et colons zélés.

En présence de ces témoignages monumentaux et statuaires qui trônent dans l’espace public, nous nous poserons la question de leur décolonisation (im)possible, pour enfin nous retrouver dans une conférence qui s’est tenue il y a près d’un siècle et prendre un souffle d’inspiration pour les luttes qui restent à mener.


Bruxelles, ville congolaise

PDF – 2.7 Mo