Inter-Environnement Bruxelles
© IEB - 2021

Urbanisme

© IEB - 2022

Retour sur l’expulsion des occupants à Biestebroeck

16 juinClaire Scohier

Il y a un mois, nous vous informions d’une nouvelle occupation militante qui prenait place dans un des anciens bâtiments vides à Biestebroeck, destiné à être détruit pour réaliser un projet immobilier d’envergure. Celui-ci, baptisé Key West / A’RIve prévoit la construction de 524 logements privés, répartis pour l’essentiel sur deux tours, un projet qui illustre la densification spéculative dont tout le bassin de Biestebroeck fait l’objet. Les occupant·es ont été expulsé·es le vendredi 3 juin à la suite de...

Lire la suite.

© IEB - 2022

De Brouckère : d’une dérive à l’autre

2 juinMohamed Benzaouia

Pour rappel, le permis d’urbanisme du projet Brouck’R avait été suspendu par le Conseil d’État le 11 avril dernier. Le promoteur a pourtant continué à exécuter ce permis plusieurs jours après la signification de l’arrêt. Interpellés à ce sujet, les pouvoirs publics bruxellois, par la voix du Secrétaire d’État à l’Urbanisme Pascal Smet, couvrent le promoteur. Un constat d’huissier contredit la version défendue par les pouvoirs publics en démontrant que les démolitions suivant l’arrêt ne concernaient pas la...

Lire la suite.

© IEB - 2022

Percée verte dans le quartier Heyvaert

1er juinClaire Scohier

L’idée de pouvoir traverser le quartier Heyvaert par les intérieurs d’îlot en suivant le tracé de l’ancien lit de la petite Senne est assez ancienne et est revenue à plusieurs reprises dans les différents contrats de quartier dont a fait l’objet ce petit territoire singulier à la vocation socio-économique forte. Depuis, le contrat de rénovation urbaine (CRU5) est passé par là ainsi que le plan d’aménagement directeur (PAD Heyvaert) pour user de tous les leviers possibles (y compris l’expropriation de...

Lire la suite.

© Inter-environnement Bruxelles - 2022

Stop à la spéculation qui sacrifie la biodiversité pour faire des logements hors de portée !

25 maiClaire Scohier

Ce mardi 24 mai se déroule le Brussels Real Estate, haut lieu de rencontre entre promoteurs immobiliers et acteurs publics de la Région bruxelloise, un énième événement où les poignées de main s’échangent en oubliant la population réellement concernée. Des habitant.e.s, militant.e.s, comités de quartiers et associations ont appelé à un rassemblement des collectifs défenseurs des espaces verts et du droit à un logement abordable pour leur faire entendre que la ville ne se construit pas entre pouvoirs publics...

Lire la suite.

© Inter-environnement Bruxelles - 2022

Au gouvernement bruxellois proche des promoteurs qui brade les espaces naturels pour des logements inaccessibles

24 maiClaire Scohier

La croissance démographique s’est effondrée. Le secteur privé continue à produire quantité de logement inabordable. Il manque des logements sociaux. Les espaces naturels diminuent. Pourquoi les pouvoirs publics ne remettent-ils pas en question les dérives d’un secteur de la construction déconnecté de la demande sociale ? Carte blanche d’un collectif d’associations environnement et logement : le Collectif Bas-les-PAD, Inter-Environnement Bruxelles (IEB), le Mouvement des Quartiers Populaires, Natagora...

Lire la suite.

© IEB - 2022

Le 18 mai prochain, le Collège de Molenbeek sera interpelé par des habitants sur le projet contesté « Dockside »

16 maiStefano, Félicien

Les quartiers situés de part et d’autre du Canal sont soumis à une pression immobilière croissante et démesurée. Des constructions de grande envergure y sont projetées, faisant fi des recommandations sanitaires et du besoin d’espaces moins denses ainsi que de l’opposition exprimée par des habitants et associations locales. Pour la troisième fois, le projet de tour « Dockside » est mis à l’enquête publique, certes quelque peu modifié mais induisant toujours densité étouffante pour le quartier. Le projet...

Lire la suite.

© Collectif d'occupant·es - 2022

Occupation contre les projets immobiliers à Biestebroeck

11 maiClaire Scohier

En novembre dernier, une occupation militante prenait place dans l’ancien magasin de tissu Gotex à Biestebroeck, destiné, ainsi que les bâtiments qui l’entourent, à être détruits pour réaliser un projet immobilier d’envergure. Celui ci, baptisé Key West / A’RIve prévoit la construction de 524 logements privés, répartis pour l’essentiel sur deux tours. Les bâtiments ont été réoccupés vendredi dernier par un groupe de militant.e.s et habitant.e.s de Cureghem déterminé.e.s à bloquer le projet et à interpeller les...

Lire la suite.

© Milena Strange - 2022

Démolition-reconstruction au centre-ville : le projet Brouck’R

6 avrilMohamed Benzaouia

Depuis plusieurs années le centre-ville de Bruxelles se métamorphose. La mise en place du plus grand piétonnier d’Europe a été un formidable coup d’accélérateur de ce phénomène. Cette transformation radicale s’accompagne d’un large éventail de nouveaux projets qui convergent tous vers un même but : attirer plus de touristes et des commerces davantage adaptés à ce public nanti. Une volonté en contradiction flagrante avec les intérêts des habitant·es des quartiers populaires. Exemple avec le projet Brouck’R....

Lire la suite.

© Milena Strange - 2022

PAD Midi, le leurre d’une gare « habitante »

6 avrilClaire Scohier

Le quartier du Midi a connu nombre de plans d’aménagement sur les trente dernières années. Mais faut-il se réjouir de cet intérêt forcené ? Ces plans ont surtout martyrisé le quartier et traumatisé ses habitant·es. Schéma de développement, plans particuliers d’affectation du sol, master plan, schéma directeur, adoptés, abrogés ou à venir, s’y sont succédé sans que jamais la Région ne parvienne à finaliser un outil de régulation de la zone, notamment en raison d’éternels bras de fer entre elle et la SNCB....

Lire la suite.

Rempart des Moines : pourquoi les habitants n’ont-ils pas été entendus ?

15 marsMohamed Benzaouia

L’enquête publique sur la démolition-reconstruction des cinq blocs du Rempart des Moines s’est clôturée avec une commission de concertation de plusieurs heures et riche en débat. Tous les intervenant·es extérieur·es à la commission ont demandé à ce que le projet soit revu en profondeur, en soulignant ses aspects négatifs ; la perte de 119 logements sociaux, la densité et les gabarits du projet. Des 26.000 m² bâtis actuels, on passe à 43.000 m² sur un terrain de 14.000 m². Les voisin·es direct·es étaient...

Lire la suite.