Inter-Environnement Bruxelles
© IEB - 2021

Vade Retro Procyon lotor !

Une enquête publique sur le projet de plan d’action national visant à lutter contre l’introduction et la propagation non-intentionelle d’espèces exotiques envahissantes (EEE) se tient jusqu’au 29 avril. Une partie de ce document est consacrée au cas bruxellois.

Via un règlement, l’Union européenne impose à ses membres d’établir un plan d’action qui concerne les 66 espèces (faune et flore confondues) considérées comme préoccupantes et répertoriées dans la "liste de l’Union".

Au préalable la Belgique a réalisé l’analyse et la hiérarchisation des voies d’introduction non intentionnelles (car les introductions intentionnelles sont sous le coup d’un autre article du règlement) de différentes espèces. Trois plans d’action thématiques ont alors été imaginés qui visent à limiter l’introduction et la propagation due à :
- la détention à des fins privées et publiques ;
- l’exercice d’activités récréatives et professionnelles dans les milieux d’eau douce ;
- le transport de matériel d’habitat (sol et autres matériaux de couverture du sol), de substrats de pépinières et via les machines.