Inter-Environnement Bruxelles
© Matthias Forster - 2021

PAD Médiapark : la mobilisation a payé !

© Baudouin - 2020

Suite à une première enquête publique et à la mobilisation d’un grand nombre d’acteurs (Comité de quartier Médiapark, Wolu-Inter-Quartiers, collectif Bas les Pad, IEB, Bral, ARAU, Natagora,...), le gouvernement bruxellois a décidé de modifier sensiblement son projet de PAD Médiapark. En supprimant trois bâtiments initialement situés au sud-est du site, la Région a choisi de préserver l’actuel Bois Georgin et les près de 20.000 arbres qui le composent. L’ambition initiale de construire de 2000 à 3000 logements, motivés par la nécessité de rentabiliser un terrain acheté à prix d’or (136 millions d’euros), est donc revue à la baisse avec 43.000 m² de densité prévue en moins. Quant aux hauteurs maximales autorisées, pouvant monter jusqu’à 18 étages dans la précédente mouture du plan, elles devraient également être diminuées afin de mieux intégrer les nouvelles constructions dans le quartier existant.

Cette diminution générale ne semble pas pour autant être au détriment du logement public, au contraire. Bien qu’il n’y ait jamais eu de chiffres coulés dans le plan précédent, c’est le chiffre de 15 % de logement public, dont 9% de logements sociaux, qui avait été annoncé sur ce site. Un chiffre correspondant au maximum pouvant être construit via le mécanisme des charges d’urbanisme imposées aux promoteurs immobiliers. La Région annonce aujourd’hui que 38 % des 1600 logements prévus seront à finalité sociale. On reste toutefois encore loin des 100 % de logements publics (dont 60 % de social) que l’on serait en droit d’attendre sur un territoire dont la Région est propriétaire. Et ce d’autant plus dans un contexte où la Région multiplie les pistes pour pallier à la faible construction de logement social.

Le nouveau projet du PAD Médiapark sera mis à l’enquête publique d’ici la fin de l’année 2021. Nous resterons attentifs aux inconnues qui subsistent quant à la gestion de la mobilité, des équipements collectifs et des implications du développement d’un cluster des médias (alors que des études ont démontré que le secteur n’était pas demandeur). Nous espérons que la Région ne s’arrêtera pas en si bon chemin et reverra sa copie sur d’autres projets de plan d’aménagements directeurs.