Inter-Environnement Bruxelles
© IEB - 2021

Les chemins vicinaux du Donderberg : des communs urbains multispécifiques supprimés dans l’indifférence ?

Dans un arrêté, le gouvernement bruxellois entérine la suppression de chemins vicinaux laekenois. Les défenseurs du Donderberg s’apprêtent à introduire un recours en réformation devant le même gouvernement afin de protéger ces cheminements qui font aussi office de corridors écologiques

Le Donderberg est une ancienne pépinière royale devenue exploitation horticole jusqu’à la fin des années 1960. Il est adossé au Domaine du Stuyvenbergh et à un jet de pierre du Domaine Royal, espace vaste (176 hectares), réservé et clôturé. Comme le Parc Duden à Forest et les parcs royaux à Laeken, il fait partie de la Donation Royale, loi de 1903 par laquelle le roi Léopold II cède à l’État belge un certain nombre de « [ses] propriétés qui contribuent à l’agrément et à la beauté des localités où elles se trouvent. ». En 1969, le Donderberg passe de la Donation royale au CPAS puis à la Ville de Bruxelles.

Aujourd’hui, c’est un site naturel de 3 hectares, qui accueille a minima 214 espèces, dont 21 espèces d’hyménoptères et 65 espèces d’oiseaux. La carte d’évaluation biologique (CEB+) attribue une haute valeur écologique (note B) au Donderberg et à ses accès et une valeur importante (note C) aux marges du site. Treize arbres du Donderberg sont inscrits à la liste de sauvegarde de l’inventaire du Patrimoine naturel régional.

Une double atteinte écologique

Néanmoins, depuis 2001, le Donderberg est affecté au Plan Régional d’Affectation du Sol en zone d’équipement public, hormis la bande boisée formant le côté est du site, qui bénéficie du statut de zone verte. La Ville de Bruxelles entend y réaliser un projet immobilier (HOP) qui comprend essentiellement la construction d’une école fondamentale francophone. Un préalable nécessaire est la suppression de deux communs urbains, les chemins vicinaux nº14 et 29, qui donnent accès au site depuis la rue des Horticulteurs, au sud. De simples passages publics devraient les « remplacer », à terme, dans le cadre du projet HOP.

Or, ces vicinaux sont des communs reconnus en droit, il n’appartient donc pas au gouvernement régional de décréter l’absence d’usage ou la disparition de ces droits et de les abroger. Cette suppression peut sembler anecdotique, elle constitue pourtant une double atteinte écologique : d’une part ces chemins sont nés des usages des habitants, des mobilités douces qui traversent les milieux et permettent de parcourir l’espace et l’histoire d’un quartier ; d’autre part, la principale motivation à la suppression est la facilitation d’un projet immobilier loin de faire l’unanimité et entraînera un effondrement de la biodiversité présente au Donderberg.

Une confiscation illicite

Ces vicinaux appartiennent aux habitants, qui refusent leur suppression malgré l’absence d’entretien du site par le propriétaire du foncier (En 2021, l’enquête publique a suscité plus de 300 réactions opposées à la décision provisoire de suppression prise au conseil communal du 22 juin 2020.). En effet, malgré leur confiscation illicite par la pose de clôtures et de portails, les habitants du quartier – et pas que les riverains – n’ont jamais cessé d’emprunter ces cheminements, ainsi que d’autres apparus au fil des années, s’accommodant, bon an mal an, des entraves mises à leur libre circulation. C’est que, pour la plupart, ils ne savaient pas qu’il s’agissait de chemins vicinaux qu’ils sont en droit d’emprunter.

La clôture du site est donc une entrave aux droits des Bruxellois sur ces communs viaires ; cela n’empêche pas les usagers d’entretenir ces cheminements et de les garder physiquement praticables. Grâce à ces marcheurs, l’usage des vicinaux est réaffirmé : ils permettent de découvrir un écrin de nature sauvage au cœur de Bruxelles, sans déborder sur les zones de quiétude où s’épanouissent la faune et à la flore. (L’entrée du chemin n° 14 est ouverte par le collectif tous les troisièmes dimanches du mois.)

Préserver les espèces non humaines

Cette manière de faire la ville par en bas n’est pas du tout obsolète, comme on voudrait nous le faire croire en supprimant sans égard ces composantes d’un réseau écologique bruxellois. En empruntant ces corridors écologiques, les espèces non humaines démontrent le caractère multispécifique des chemins vicinaux. Ce réseau doit être maintenu et développé à chaque endroit de la ville, à l’heure où le milieu urbain apparaît incontournable pour ralentir le rythme de l’extinction des espèces non humaines.

Si la Ville voulait réellement mettre en conformité le droit et l’usage, pourquoi alors ne pas régulariser les multiples cheminements – vicinaux ou autres – au lieu de les supprimer tous ?


Signataires académiques  : Chloé Deligne (Historienne écologue FNRS/ULB), Jean-Claude Grégoire (écologue, ULB), Serge Gutwirth (juriste, VUB), Nicolas Prignot (philosophe, ESA St-Luc, ERG), Isabelle Stengers (philosophe, ULB), Marcelle Stroobants (sociologue, ULB), Grégoire Wallenborn (enseignant-chercheur, ULB), Allan Wei (historien, juriste, ULB), Collectif Save Donderberg, Paul Hermant (chroniqueur), QuartierWielsWijk, Tuiniersforum des jardiniers