Inter-Environnement Bruxelles Inter-Environnement Bruxelles

Une semaine pour Tour et Taxis

Publié le mardi 27 avril 2010, par IEB

Ces 20, 22 et 24 avril, le Bral (Brusselse Raad voor het Leefmilieu) organisait une semaine Tour et Taxis afin de clôturer sa mission de concertation entre pouvoirs publics et habitants dans le cadre de l’élaboration du Schéma directeur. Petit compte-rendu des débats qui portaient sur les principales thématiques de ce vaste dossier : espaces publics, mobilité, logement, emploi, nature et patrimoine,... Sans oublier l’ensemble des enjeux et développements connexes au site : le BILC, l’avenue du Port, Byrrh, Tivoli, la ligne 28,...

JPEG - 20.5 ko
Une semaine pour Tour et Taxis - 20-24 avril 2010

Depuis l’abandon des activités de douane et de stockage fin des années 1980, le site de Tour et Taxis a fait l’objet de tous les phantasmes et d’une multitude de projets et de plans qui rendent aujourd’hui le dossier bien difficile à cerner.

A l’heure où la Région a affirmé ses intentions en adoptant le Schéma directeur et en demandant à la Ville de Bruxelles de réaliser, il y a plus d’un an déjà, un PPAS pour l’ensemble des ZIR 6A et 6B, la semaine organisée par le Bral offre l’occasion de faire le point sur les principaux enjeux et de questionner les acteurs impliqués.

Tour et Taxis : une des dernières opportunités de réaliser un grand parc à Bruxelles

Un des manques les plus criants pour les quartiers avoisinants est celui des espaces verts. Tour et Taxis offre une superficie de plus de 25 hectares (45 hectares si l’on compte le terrain du Port) enclavés entre deux quartiers populaires et densément bâtis.

L’ouverture du lieu au public et la création d’un parc de minimum 10 hectares figuraient donc logiquement au premier rang des demandes des habitants. Au vu des ambitions affichées par le promoteur (construction de 370.000 m2 sur la seule ZIR 6A), le parc risque de ne jamais atteindre cette taille et d’être par ailleurs écrasé par les gabarits élevés des constructions envisagées.

Par ailleurs, nous ne disposons actuellement d’aucune garantie quant à l’ouverture réelle du parc à toute heure et à tout moment. Alors que le parc était déjà repris dans les objectifs du PRD, la question posée reste donc sans réponse : un parc comment et surtout un parc pour qui ?

La mobilité ou la question de l’œuf et de la poule

Le site n’est actuellement pas suffisamment desservi par les transports publics. Il se trouve néanmoins à une encablure (et demi) de plusieurs lignes de métro et de la gare du Nord. Une ligne de tram contournant d’une manière ou d’une autre les lieux permettrait de desservir utilement et rapidement le site, mais aussi les quartiers voisins et des les connecter d’une part entre eux et d’autre part avec le centre-ville.

Déjà à l’ordre du jour lors de l’élaboration du PRAS en 2001, cette ligne de tram ne commence à être envisagée qu’aujourd’hui par la STIB. La société de transport a toujours refusé de se pencher sur la question, prétextant un manque de densité dans le quartier (Le Maritime est pourtant un des quartiers les plus dense de la ville). Aujourd’hui, elle se met à l’ouvrage et propose un projet pharaonique (60 millions d’euros pour une ligne de tram de 3,4 km !) et irréaliste qui nie purement et simplement le futur parc ainsi que les habitants et futurs usagers du site.
Le promoteur de son côté peut allègrement se reposer sur l’attentisme des pouvoirs publics en la matière pour justifier la construction d’un nombre d’emplacements de parking tout simplement hallucinant (4500 à terme pour la seule ZIR 6A).

L’emploi et l’intégration au quartier

En quoi le développement de Tour et Taxis peut-il être utile aux quartiers qui entourent le site. Tous les acteurs publics présents lors des débats semblaient s’accorder pour dire que Tour et Taxis pourrait offrir une importante opportunité pour le quartier en termes d’emplois. Le grand HIC est que les pouvoirs publics ont perdu la main sur le site il y a presque 10 ans et qu’ils auront aujourd’hui, de leur propre aveu, bien du mal à contraindre le promoteur à engager massivement les jeunes du quartier sur son chantier.

Par ailleurs, qu’en sera-t-il à long terme ? En fonction du type d’affectations et des activités qui seront développées sur les lieux, il y aura ou non une ouverture vers les quartiers voisins, que ce soit par la création d’emplois locaux accessibles et correspondant au profil des travailleurs en présence ou par l’attrait des riverains via une offre d’équipements qui corresponde à leur besoins (écoles, petits commerces,...).

Ici aussi, le débat reste ouvert, mais il serait faux de croire que Tour et Taxis amènera nécessairement des solutions pour les quartiers existants. Le développement du site peut tout aussi bien signifier le déclin des quartiers et pousser la population actuelle à trouver refuge dans d’autres zones de la ville, voire en dehors de Bruxelles.

Le logement et la mixité sociale sur le site même

Cette thématique semble faire l’unanimité auprès des responsables politiques présents lors du débat de ce samedi 24 avril. Pour qu’un projet comme Tour et Taxis fonctionne, il faut qu’il soit ouvert sur l’extérieur, qu’il soit perméable aux quartiers voisins, mais aussi qu’il comporte une importante mixité sociale en son propre sein. D’autant plus que le site offre l’opportunité de répondre en partie au défi démographique qui attend la capitale ces prochaines années. Il faut donc y créer un logement adapté (logements de grande taille,...), de qualité et accessible au plus bas revenus.

Actuellement, seuls 10% de logements conventionnés sont prévus sur le site pour la première phase de construction, mais rien n’est encore prévu au niveau du logement social et rien ne filtre au sujet des phases suivantes. IEB espère toujours que ses revendications soient prises en comptes : minimum 30% de logements sociaux et 20% de logements conventionnés !

C. Doulkeridis, Secrétaire d’Etat au Logement de la Région Bruxelloise, a néanmoins rappelé les objectifs qu’il s’était fixés : 15% de logements à finalité publique sur l’ensemble du territoire de la Région d’ici 2020, en précisant que le site de T&T ne pouvait échapper à cet objectif.


Présence IEB

Dernier ajout : 23 octobre.