Inter-Environnement Bruxelles Inter-Environnement Bruxelles

Un an après : où sont les promesses faites par Kir aux habitants de la rue du Progrès ?

Publié le mardi 27 mars 2012, par IEB

Pour rappel, depuis 2005, près de 200 habitants de la rue du Progrès sont dans l’incertitude quant au risque de démolition de leurs habitations. En effet, un projet de viaduc ferroviaire porté par Infrabel menace les habitations du n°214 au n°270 de la rue. Sept années d’attente qui auraient pu être mises à profit pour développer des pistes claires de relogement. Il y a un an, Emir Kir semblait avoir entendu leur appel, douze mois plus tard, les habitants ne voient toujours rien venir.

Ce mardi 27 mars, les habitants sont allés voir où en étaient les promesses d’Emir Kir. Après une demi-heure d’attente, ils ont rencontré le chef de cabinet adjoint du Secrétaire d’État. Rendez-vous a été pris dans un mois.

Voir le reportage sur le site de Télé Bruxelles.

Après avoir bataillé fermement au début de l’année 2011 pour obtenir des garanties de relogement en cas d’expulsion, les habitants de la rue du Progrès menacés ont été reçus en mars 2011 par le Secrétaire d’État Emir Kir, en charge de la délivrance du permis pour le projet de viaduc ferroviaire. Lors de cette rencontre, le Secrétaire d’État a pris un certain nombre d’engagements (Lire l’article : Les habitants du Comité Progrès-Nord risquant l’expulsion ont rencontré Emir Kir). Il a tout d’abord confirmé l’engagement pris par sa prédécesserice, Mme Dupuis en 2009, qui s’était engagée à explorer des pistes de reconstruction de logements au profit des habitants. Il a ensuite reconnu qu’il fallait aller plus loin que ce qui était prévu dans les conventions conclues entre Infrabel et la commune de Schaerbeek, que les compensations y figurant étaient insuffisantes. Il s’était engagé à organiser une table-ronde des différents opérateurs publics de logements (la Région, les communes concernées, la SDRB, la SLRB,...) pour explorer toutes les voies possibles de relogement au profit des habitants. Cela fait un an maintenant or rien n’a bougé. La table ronde n’a toujours pas eu lieu. Seule la SDRB, sur sa propre initiative, a trouvé un terrain dans le quartier susceptible d’accueillir du logement au profit des habitants.

Il est vrai que le permis n’est toujours pas délivré. Cela fait maintenant trois ans qu’Infrabel planche sur des plans modificatifs au projet. A se demander si ce projet aura encore un sens, pour autant qu’il n’en ait jamais eu, quand il sera finalisé, vu les choix d’ampleur que la SNCB sera amenée à poser prochainement face à la saturation de la Jonction Nord-Midi.

En attendant, les habitants vivent au jour le jour, n’osant plus rénover leurs habitations depuis maintenant 7 ans. Des réunions sont organisées par la commune de Schaerbeek avec les habitants du côté des maisons non expropriées pour déjà décider du futur de la rue, une fois les maisons démolies et le viaduc construit. Des logements poussent dans le quartier et les contrats de quartiers se succèdent, sans que rien ne soit prévu pour reloger les habitants de la rue du Progrès.

Or nombre d’entre eux ne souhaitent pas quitter le quartier. Seules 9 maisons sur les 28 ont actuellement été vendues au comité d’acquisition et seuls cinq ménages locataires ont jusqu’à présent fait appel au fond d’indemnité mis en place par la commune. Les habitants sont là, le projet stagne et le droit au logement reste dans les limbes.

Emir Kir affirmait, il y a un an : « Si le projet tarde à se concrétiser, il faudra que la Région dégage des solutions. » Il est temps de joindre l’acte à la parole !

Contact : Claire Scohier, Inter-Environnement Bruxelles, 0473/66 75 05.


Prises de position

Dernier ajout : 22 novembre.