Inter-Environnement Bruxelles Inter-Environnement Bruxelles

Dossier – Habitat léger et mobile

Témoignage : habiter une yourte en ville

Publié le mercredi 27 février 2013, par François Hubert

La yourte, habitat traditionnel de Mongolie, connaît depuis quelques années un certain succès et réinvestit le paysage rural. Avec une armature légère en bois et dotée d’un feutre isolant, la yourte est un compromis entre la tente/hutte et le confort d’une construction sédentaire.
Témoignage de K. qui a choisi ce mode d’habitat en ville.

K. est étudiant en sociologie et anthropologie. Il habite depuis 6 mois dans une yourte à Bruxelles. Il avait déjà monté celle-ci, une première fois il y a 4 ans pour la présenter comme projet scolaire, et une deuxième fois dans un champ (avant un départ à l’étranger) mais il n’avait jamais vécu dedans auparavant.

Revenu à Bruxelles et cherchant un logement, il a décidé d’habiter dans sa yourte et concrétiser ainsi un vieux rêve. Il ne paye pas de loyer, c’est un arrangement avec les propriétaires du terrain et de la maison. Comme c’est une maison avec plusieurs chambres, il est considéré comme locataire au niveau de sa domiciliation. Il a pu raccorder l’électricité et se chauffe avec un poêle à bois.

Il considère que c’est un habitat mobile, les murs peuvent se détacher, ainsi que la toile. C’est très facile à monter et démonter : avec l’aide de 5-6 personnes, cela prend une journée. Il n’y a que le plancher qui prend un peu plus de temps. Avant, il y avait juste la structure en bois et la toile, mais à l’approche de l’hiver il a dû isoler avec du feutre (1 cm de laine).

Pour l’instant, il n’y a pas eu de plaintes des voisins parce qu’il y a des grands murs et ce n’est pas tellement visible. K. ne connaît pas les normes juridiques qui régissent ce genre d’habitat en Belgique, mais en France il sait qu’il faut faire la demande auprès du maire de la commune. Cela dépend des dimensions : au dessus de 30 m² on ne peut pas y habiter légalement, il faut un permis d’urbanisme. En dessous, c’est considéré comme du camping. La yourte ne doit en tout cas pas être considéré comme une résidence. En Ariège, il cite le cas d’un village de yourtes (une quarantaine). Les personnes, qui avaient eu un accord avec le maire, vivaient non seulement dedans mais avaient aussi une coopérative de fabrication de yourtes.

À Bruxelles, K. ne connaît pas d’autres personnes qui ont choisi de se loger ainsi. La satisfaction d’avoir construit lui-même son habitat, d’avoir un espace indépendant, la sensation de ne pas être en ville, la forme circulaire et son côté apaisant sont les principales raisons de ce choix original d’habitat.

Propos recueillis par
François Hubert

Juridiction en France

La yourte est une tente qui relève du régime juridique applicable au camping selon l’art. R111-41 du code de l’urbanisme, ainsi que le confirme cette interprétation par le Ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement Durable et de l’Aménagement du Territoire le 13 avril 2010 : La yourte est assimilée à une tente si elle n’est pas aménagée à l’intérieur. Le camping au moyen d’une yourte peut être librement exercé, sous réserve de l’accord du propriétaire du terrain sur lequel les tentes de camping sont installées. Seul le maire peut interdire cette pratique par un arrêté, lorsqu’elle est de nature à porter atteinte à la salubrité, à la sécurité ou à la tranquillité publique, à la conservation des perspectives monumentales, à la conservation des milieux naturels ou à l’exercice des activités agricoles et forestières.

Source : Journal Officiel du Sénat du 08/02/2007.

BEM n°262 – Janvier-février 2013

BEM n°262 – Janvier-février 2013

Dernier ajout : 20 octobre.