www.ieb.be - facebook
Problème d'affichage ?
 
 

La lettre d'IEB

Semaine du 4 novembre 2020
Inter-Environnement Bruxelles (IEB) - Fédération de comités d'habitant·es.
© Iratxo
Carte blanche

Pour un réel débat démocratique sur les coûts sociétaux de la 5G

Le déploiement de la 5G comporte des menaces potentiellement graves ou irréversibles pour l’environnement, la société et la santé. L’absence de certitude scientifique absolue ne doit pas servir de prétexte à ne pas se prémunir de ses effets et dommages, c’est d’ailleurs à cette fin que la loi prévoit un principe de précaution. Dans l’attente d’un vrai débat démocratique, d’évaluations minutieuses et indépendantes des risques liés à la technologie 5G, nous, associations signataires, demandons un moratoire immédiat sur son déploiement.

Nous refusons, cependant, le lissage de questions essentielles et la caution démocratique d’un débat public qui ne serait en fait qu’un exercice de « pédagogie », expliquant aux citoyens, alors que tout aurait déjà été décidé en petits cercles fermés, le bien-fondé du déploiement de la 5G. Nous voulons un véritable débat sur les trajectoires techno-scientifiques qui nous sont aujourd’hui imposées sans nulle concertation.

La 5G est vendue comme une technologie verte, présentée comme un outil indispensable à la lutte efficiente contre le changement climatique et pour la protection de l’environnement. Elle est pourtant antinomique avec les objectifs visés : croissance de la consommation énergétique, croissance de l’extractivisme des métaux et déplacement de la pollution dans les pays non-européens, productivisme et surconsommation d’appareils numériques et de gadgets connectés, destructions des habitats naturels et de la biodiversité, dématérialisation croissante des services publics et privés qui renforce les inégalités...

Voulons-nous que de l’argent public soit investi dans de nouveaux marchés, créant de nouveaux besoins incompatibles avec la protection de environnement, ou souhaitons-nous qu’il soit investi dans des structures et des services publics essentiels à toutes les personnes vivant en Belgique ? Acceptons-nous de laisser s’implanter une technologie dont les effets sur la santé et la biodiversité sont encore mal connus et nullement maîtrisés ? Voulons-nous d’une société où le numérique aura investi chaque espace-temps de nos vies, au profit des industriels qui pourront exploiter la manne de données nous concernant ? Ces questions, et bien d’autres, doivent maintenant être mises à l’agenda d’un véritable débat public et démocratique sur la 5G.

 
 
Signataires : Actrices et Acteurs des Temps présents - BruxellesATTAC Bruxelles 1Bruxelles grONDESCADTM Belgiquedomainepublic.netInter-Environnement Bruxelles (IEB)nuboondes.brusselsT.A.C.T.I.C.Technopolice.be
 
levif.be (accès libre)
 
 
Position

Moratoire sur les bureaux dans le quartier européen et à Bruxelles

© Herman Beun

À ses balbutiements avant mars, le télétravail s’est généralisé et a rebattu les cartes d’un marché de l’immobilier administratif très sensible, impactant également les modes de déplacements, la qualité de l’air, le logement et l’activité commerciale. Un retour aux modes de production du bâti précédent l’épidémie ne semble pas envisageable. Il faut donc s’attendre à ce que des projets conçus pour un travail administratif d’avant crise sanitaire ne corresponde déjà plus aux nouvelles orientations.

À l’heure aussi de la crise climatique, le bilan énergétique des opérations immobilières doit être pris en considération tout particulièrement dans le quartier européen au vide locatif le plus important de la Région et dont l’obsolescence fonctionnelle trop facilement proclamée entraîne bien souvent des opérations de démolition-­reconstruction aux impacts environnementaux désastreux.

Crise sanitaire et crise du climat impliquent plus que jamais d’engager sans attendre une réflexion sur la durée de vie d’un patrimoine déjà construit en lien avec les orientations éminemment fluctuantes des modes de travail. Par conséquent, dans le Quartier européen comme ailleurs à Bruxelles, la tour en tant que concept architectural est en déclin et ne répond sans doute plus aux enjeux impérieux qui s’annoncent. Dans ces conditions, la délivrance des permis d’urbanisme et d’environnement sur base de logiques productivistes si durablement invalidées devient incompréhensible.

Lire l'article complet.
Marco Schmitt (Coordination Bruxelles-Europe)
Maud Marsin (Inter-Environnement Bruxelles)
 
Urbanisme

Réaménagement de la rue Wayez

© IEB

Portée par la STIB, la demande de permis vise le réaménagement de la rue Wayez et des abords de la station de métro Saint-Guidon ainsi que de la place de la Vaillance. Prévoyant entre autres la mise à sens unique et la piétonisation partielle de l’artère, ce réaménagement poursuit des objectifs propres au demandeur (augmenter la vitesse commerciale, celle de la ligne 81 en particulier) et s’accorde avec la volonté du Collège anderlechtois de « préserver, voire améliorer, l’attractivité commerciale de la rue Wayez ».

À l’occasion de l’enquête publique, IEB a exprimé son soutien aux objectifs de mobilité et d’accessibilité portés par le projet. Nous avons néanmoins déploré l’absence d’étude sérieuse des conséquences du réaménagement et l’absence d’articulation avec le projet de parking souterrain de 200 places sous la place de la Vaillance, dont on parle depuis plusieurs années.

Ces éléments font qu’il est impossible d’apprécier le sort de la mobilité dans le périmètre. Sur quelles bases affirme-t-on que le « cadre de vie » sera amélioré ? Comment peut-on affirmer que la qualité de l’air augmentera si l’on construit, dans un second temps, un aspirateur à voitures souterrain ?

Lire l'article complet.
Damien Delaunois
 
IEB y était

Les différentes échelles de l’économie productive

© IEB

Mi-octobre, dans le cadre du Brussels Academy, IEB participait à une balade animée par Jan Zaman et Nasia Casabella sur les activités productives à Bruxelles. Démarrant près du quartier Masui dans le quartier Nord pour atterrir au Byrrh derrière Tour et Taxis, en passant de l’autre côté du canal, le parcours permettait d’observer avec acuité la question des différentes échelles dont ont besoin les entreprises productives pour survivre dans le territoire dense et spéculatif de la ville, depuis la petite PME de construction ou le garagiste au centre logistique en passant par un récupérateur de métaux ferreux. S’il est précieux de préserver en Région bruxelloise de vastes parcelles protégées dans des zones d’industrie urbaine pour un certain nombre d’activités productives (lire à ce sujet : « Industrie cherche terre d’accueil »), il faut également préserver de petites parcelles. Une étude récente de Sarah De Boeck (et al) parue dans Brussels Studies nous montre ainsi que 93 % des entreprises de construction sont des PME insérées dans le tissu urbain sur des petites parcelles. Elles occupent essentiellement une main d’œuvre locale et travaillent avec des fournisseurs locaux. Ces entreprises très utiles aux habitant·e·s et à l’économie de la ville sont invisibles et mises pression dans le cadre de la transformation urbaine, la raréfaction et le prix des petites parcelles disponibles. Écho similaire dans cette étude du bureau 1010 sur l’accueil des activités productives de petite échelle à Molenbeek. Ces études plaident pour une meilleure connaissance et visibilisation de ces activités et pour l’adoption de mesures de régulations permettant de maintenir des prix abordables pour les maintenir dans la ville.

Bruxelles industrielle ? - 09.10.2018
Molenbeek : l’accueil des activités productives de petite échelle en ville - 04.11.2020
Claire Scohier
 

Enquêtes publiques

IEB référence l’ensemble des enquêtes publiques des 19 communes bruxelloises, ainsi que des avis les concernant sur lafficherouge.ieb.be. Le site reprend les enquêtes en cours, et remonte jusqu’à 2003. Vous avez également la possibilité de recevoir, en vous créant un compte, chaque semaine par e-mail, les enquêtes publiques en cours, selon vos critères pré-établis.

Enquêtes suivies par IEB

Sablon, au secours !

Après plusieurs opérations juteuses à Bruxelles, Immobel lance un nouveau chantier inutile en plein centre historique. Le projet comporte une grande démolition-reconstruction, une grave atteinte au patrimoine, ainsi qu’un appel d’air à la voiture. Nos élus vont-ils continuer à soutenir la spéculation immobilière ou vont-ils défendre les intérêts des habitants et la viabilité de nos quartiers ?

Pétition « Bientôt Sablon en chantier ! »

Enquête publique jusqu'au 29 octobre 2020.
Concertation le 18 novembre 2020.
lafficherouge.ieb.be
Mohamed Benzaouia
 
Enquêtes suivies par IEB

Tour & Taxis, encore et encore

Nouvelle enquête publique pour aménager le parc de Tour & Taxis, deuxième phase et régularisation de la drève sur base de la situation as-built.

Enquête publique jusqu'au 5 novembre 2020.
Concertation le 18 novembre 2020.
Mohamed Benzaouia
 
Enquêtes suivies par IEB

Key West, la clé du Far West (suite)

Depuis 2010, les fantasmes immobiliers planent sur le bassin. Plusieurs promoteurs immobiliers ont investi la zone pour y créer des water-fronts. Le projet Key West développé par BPI-Immobel était passé à l’enquête publique en mars 2020 et avait obtenu, au grand étonnement d’IEB, un avis unanime favorable de la Commission de concertation en juin 2020. Le voilà de retour suite à des plans modifiés très légèrement puisque le projet immobilier porte toujours sur 524 logements dont une partie prend place dans une tour de 24 étages (84 m de haut), sur 383 places de parking, des surfaces de commerces, de bureaux et d’activités productives et une crèche de 42 places. Lire le point de vue des associations et la pétition des riverains.

Enquête publique jusqu'au 30 octobre 2020.
Concertation le 12 novembre 2020.
lafficherouge.ieb.be
Claire Scohier
 
Enquêtes suivies par IEB

Deuxième vague à Biestebroeck

Anderlecht : Rue de la Petite-Ile - Rue des Goujons - Rue Dante - Digue du Canal. À quelques mètres du projet Key West, c’est la première phase d’un autre ensemble immobilier, le projet Urbanities, qui est soumis à demande de permis d’urbanisme : trois immeubles pour accueillir 180 logements sur un socle composé de 1935m² d’activités productives, 355 m² de services intégrés aux entreprises, 314m² de commerce. Aux étages et aux deux sous-sols : 159 emplacements de parking et 134 emplacements vélos.

Enquête publique jusqu'au 30 octobre 2020.
Concertation le 12 novembre 2020.
lafficherouge.ieb.be
Claire Scohier
 
> Consultez l'inventaire des enquêtes publiques et abonnez-vous à l'AFFICHE ROUGE pour recevoir, par mail, une liste répondant à vos critères.
 
 

Revue du web

À la une cette semaine :
© Petra Ballings

> ‘Corona’ et biodiversité : le même combat

- naturalsciences.be
> La revue du web.
 

Agenda

Notre agenda est bien vide cette semaine... les cafés, restaurants, universités, lieux culturels bruxellois sont fermés au public suite à la décision du gouvernement régional en réponse à l’augmentation des cas de Covid-19. IEB est également concerné à travers l’annulation d’ateliers, de rassemblements auxquels nous tenions, tant parce que nous y avons travaillé longuement que parce qu’ils s’agit pour nous de moments contribuant à la démocratie urbaine.

À notre mesure nous continuerons de soutenir et relayer les revendications des laissés-pour-compte, de celles et ceux qui souffrent le plus de la situation (les pauvres, les mal logé.es, les sans logements, les isolé.es, jeunes ou vieux, les étudiant.es précaires, le personnel de santé, etc).

samedi 7 novembre
Impact sur le maintien de l’ordre dans l’espace public à Bruxelles, recrutement et formation du corps de Police bruxellois
10h @ Université St-Louis, 43 Boulevard du Jardin Botanique, Ville de Bruxelles
 
Présentation du Collectif Travail Social En Lutte
17h @ La Vielle Chéchette, 2 Rue du Monténégro, Saint-Gilles
 
lundi 9 novembre
Écologie & Éducation populaire – Quelles lectures politiques pour quels enjeux éducatifs ?
09h30 @ PAC, 5 Rue Lambert Crickx, Anderlecht
 
mercredi 11 novembre
Visite guidée : Bruxelles-Schaerbeek : entre ville et campagne
14h @ Place du Congrès, Bruxelles
 
jeudi 12 novembre
Verdict d’un procès sur les luttes contre les centres fermés
14h @ Palais de Justice, 1, Place Poelaert, Ville de Bruxelles
 
 
IEB signe

Les responsables politiques ne peuvent continuer a cautionner les violences policières !

© La Santé en lutte

Le dimanche 13 septembre, avait lieu la Grande manifestation pour la santé. Cette manifestation, qui a rassemblé près de 7.000 personnes, appelait les autorités publiques à reconnaître à la santé son statut de droit fondamental, à remettre le « soin » au centre de leurs préoccupations et à le valoriser comme il se doit. À cet appel, les autorités n’auraient pas pu plus mal répondre. Alors que la manifestation n’était pas encore arrivée à sa fin, la police s’est rendue coupable d’une violence injustifiée envers les manifestant·e·s encore sur place...

lasanteenlutte.org
 
À lire

Colorées et variées, voici quelques analyses...

© Kathleen de Meeûs

Colorées et variées, voici quelques analyses, publiées grâce au support de la FWB, à lire à la lumière rasante et confinée de l’automne. Au programme : l’eau à Forêt, agrandissement du ring, densification à Molenbeek, retour sur le PAD Gare de l’ouest, éducation permanente et travail de quartier, et finalement un regard critique sur le processus de fusion des SISP… comme on vous le disait, colorées et variées ! Bonne lecture !

Forest : eaux (dé)couvertes

Élargissement du ring Nord : le béton est-il soluble dans la concertation ?

Molenbeek : à qui profite la densification du canal ?

PAD Gare de l’Ouest : séduisant, mais pas probant !

Voyage au bout de la Rue

La fusion des SISP. Bilan d’une réforme imposée d’en haut

Voir toutes les analyses publiées en 2020.
 
Relais

Le droit au logement reste un droit, même en temps de crise sanitaire

© alterechos.be

Le gouvernement bruxellois doit prendre des mesures d’urgence en matière de logement pour faire face à la deuxième vague de covid. A commencer par un nouveau moratoire sur les expulsions domiciliaires.

lesoir.be (accès libre)
Action Logement Bruxelles
 
Relais

Enquête : la ville et les arbres

© OliBac

Dans le cadre du projet Clearing house, la VUB mène une consultation avec les parties prenantes de la société civile et les groupes de citoyen·ne·s sur la place des arbres dans la ville, et sur la connectivité des écosystèmes arborés dans l’environnement urbain. Si vous souhaitez participer ou en savoir plus, veuillez contacter Nicola da Schio.

 
 
 

Bruxelles en mouvements

Bimensuel d'Inter-Environnement Bruxelles.
 
 
BEM 308 - Les bonnes affaires de la rentrée
octobre 2020
 
Nouvelle rentrée et vieilles recettes, tel pourrait être le slogan de l’aménagement du territoire en Région Bruxelles-Capitale. Fallacieusement justifié par un boom démographique obsolète, le « développement territorial » de la Région se déploie au détriment des habitants, dont les besoins sont relégués derrière les intérêts de la promotion immobilière et des investisseurs. Comme la rentrée n’est pas qu’un retour au même, mais également l’occasion de dégager l’horizon des possibles, ce Bruxelles en mouvements se penche, entre autres, sur la manière dont se sont assemblés des « défenseurs sensibles » de territoires malmenés par la promotion immobilière. Qu’est-ce qui explique l’émergence d’une mobilisation ? Sur quel type de liens repose-t-elle ? Quels enseignements les premiers intéressés tirent-ils de leur expérience ? Autant de questions qui, nous l’espérons, intéresseront les personnes engagées, et surtout toutes celles qui hésitent à le faire.
> Lire en ligne.
> Abonnez-vous !
 
Inter-Environnement Bruxelles (IEB)
Rue du Chimiste, 34-36, 1070 Bruxelles
02 801 14 80 - info@ieb.be - www.ieb.be
Habitant·es et associations pour une meilleure qualité de la vie à Bruxelles.
Se désinscrire.Relire les anciennes lettres d'infos.