Inter-Environnement Bruxelles Inter-Environnement Bruxelles

Participation

PUM, une approche collaborative du territoire

Publié le mercredi 21 décembre 2011, par IEB

Imaginez-vous un quartier où la dimension internationale des enjeux urbains a détruit de bien nombreuses réalités locales, où les grandes institutions que ce quartier abrite n’arrivent plus à rencontrer les gens qui l’habitent encore. Depuis novembre 2010, un certain nombre de micro-initiatives prennent leurs sources dans le quartier européen, qui ne veut pas oublier qu’il s’appelait Léopold.

Malgré un environnement figé dans sa fonction administrative et envahissante, des personnes se sont rassemblées avec l’envie de changer ce triste paysage. Elles ont mis la main à la pâte sans trop se perdre dans une technicité encombrante, dans les méandres institutionnels et les complications de l’urbanisme. le dynamisme de la ville n’est pas seulement dans les grands chantiers, il est surtout dans les rencontres, dans les échanges, dans les différences et les coalitions qui nourrissent son énergie. Des habitants, des fonctionnaires, des associations, des scientifiques, des artistes et même des techniciens se sont mis autour de la table pour imaginer autrement le quartier européen. Au-delà du grand Schéma Directeur, ils se sont appuyés sur MAP-it [1], un outil collaboratif qui suscite le dialogue. À partir d’un plan du parc Léopold et de ses abords, en y collant des icônes et des commentaires, ils ont analysé la situation existante et envisagé des initiatives de petite dimension mais innovantes. Quatre sessions [2] consécutives ont permis de répertorier les rapports de force dans le quartier, de capter les intérêts des participants et de répertorier sur un plan les traces visuelles des échanges.

La démarche de dialogue et de réflexion s’est concrétisée sur le terrain par la création d’un réseau collaboratif, la mise en commun de savoirs et des actions « bottom-up ». Pour que le PUl (Projet Urbain loi) ne se sente pas trop seul et pour manifester le caractère collectif de l’initiative, le groupe collaborant s’est donné un nom : PUM [3]. P pour Projet – Participation – Présence - Pluralisme… ; U pour Urgent - Urbain - Union… ; M pour le Maelbeek qui se situe en dessous et perpendiculairement à Sa Majesté, la rue de la Loi.

À partir des regards portés par les participants de chaque nouvelle session sur les exercices Map-it précédents, l’attention s’est dirigée vers une parcelle vide mais pleine de possibles : la friche Eggevoort. Il s’agit d’un espace à l’abandon qui précède un petit édifice du XVIe siècle perdu dans le bas du parc Léopold aux abords de l’avenue du Maelbeek. C’est un terrain public et pourtant vague depuis que sa châtelaine l’a quitté il y a 30 ans. C’est un lieu presque évident pour faire pousser les projets, pour aller à la rencontre de l’autre et recoller les morceaux d’un quartier.

Que s’y est-il passé ?

Pour commencer doucement et à la marge, un journal s’est installé sur la grille de l’ancien jardin, un journal qui prolonge les suspensions poétiques d’une voisine, un journal qui pose des questions, établit des contacts, annonce des projets, rassemble des histoires.

Pour changer le paysage (l’abandon actuel invite aux dépôts clandestins et d’autres clandestinités encore), un projet de jardinage s’est mis en place. Après avoir discuté le coup avec les jardiniers de la Ville et nettoyé le terrain en profondeur, des fruits, des légumes et des fleurs ont été plantés, des jardins verticaux de poche ont été élaborés, le cycle de l’eau en ville à été réfléchi, une ancienne zone humide à commencé à émerger dans nos mémoires assoupies.

Et pour donner à voir et à faire : plusieurs installations artistiques (« Urban issues mini-golf », « Maalbeek luisterbuis »), des ateliers (création d’un point d’eau pour le quartier et des mini-jardins d’eau), des festivités de quartier (la Ducasse aux Gosses, la Fête de l’Eau), des balades historiques, des investigations scientifiques.

Éloignée des commissions de concertation, des comités d’accompagnement, des recours devant le Conseil d’État et des réunions mondaines, la richesse des savoirs acquis collectivement est souvent négligée par le grand ordonnateur de la ville. C’est pourquoi PUM ne s’est pas immiscée dans la critique des schémas, des plannings et des études pour les projets en cours. PUM pousse au dialogue et au partage des points de vue par l’action sur le terrain. PUM souhaite poursuivre à une autre échelle et en amont des concertations prévues dans l’avenir, le débat initié par le Schéma Directeur de 2007. En vue d’améliorer l’urbanité d’un quartier européen particulièrement chargé de signification, PUM est heureux d’avoir pu rencontrer dans les locaux de BElIRIS, la Ville de Bruxelles, l’Agence de Développement Territorial et le bureau d’études. Cela nous a permis de prendre connaissance de l’avant-projet Eggevoort.

Avec les 500 signataires de la pétition [4], PUM souhaite marquer le début de fructueux échanges entre le grand ordonnateur et les habitants qui voudraient améliorer la qualité d’un nouvel espace public. la friche Eggevoort reste cependant un enjeu bien modeste par rapport à l’ampleur de la question posée par le quartier européen qui ne veut pas s’oublier. Ce petit bout de terrain nous a déjà raconté bien des histoires et qui sait ce qu’il aura à nous raconter encore sur un développement de la ville plus inclusif, plus juste, et plus solidaire ici et ailleurs.

SofIe Van Bruystegem
et Marco Schmidt

Notes

[1MAP-it est un outil open source développé par Thomas laureyssens en liesbeth Huybrechts en collabo-ration avec le groupe de recherche Social Spaces du MAD-Faculty de Genk (www.map-it.be).

[2[3] 4 sessions MAP-it :
#1 : Plate-forme Urbaine, rencontre internationale, City Mine(d), novembre 2010.
#2 : Acteurs locaux, CC Espace Senghor, mars 2011.
#3 : Nouvelles Rivières Urbaines, États Généraux de l’Eau à Bruxelles (EGEB), Musée Sciences Naturelles, juin 2011.
#4. Les usagers des institutions européennes, Bureau de liaison Bruxelles-Europe, juin 2011.

[3PUM rassemble des personnes actives et les organisations suivantes : Anne, Arnaud, Daniela, laurent, léo, loes, lucia, Marco, Margarethe, Margeret, Michel, Ognev, Sofie, Thomas, Trudo, Virginie, AQl, Bral, City Mine(d), le Début des Haricots, Espace Senghor, EGEB, GAQ, IEB, IRSN, Maelbeek dans tous ses états, NADINE, Natagora.

[4Pétition en ligne sur : http://pumproject.wordpress.com.

BEM n°252 – Décembre 2011

BEM n°252 – Décembre 2011

Dernier ajout : 18 octobre.