Inter-Environnement Bruxelles Inter-Environnement Bruxelles

PPAS Belliard-Etterbeek ou comment rendre légal ce qui ne l’est pas

Publié le mercredi 14 janvier 2015, par IEB

Poussée dans le dos par la Région, la Ville de Bruxelles adopte un plan d’affectation du sol qui légalise la tour Van Maerlant de 24 étages et coupe l’herbe sous le pied des riverains mécontents qui s’étaient pourvus en justice.

Souvenez-vous du permis délivré en 2011 sur « l’îlot Van Maerlant » en bas de la rue Belliard dans le quartier européen : un permis pour (notamment) une tour de logement de 24 niveaux là où la réglementation, vu les gabarits avoisinant, n’en autorise que 11… Un permis délivré sans que l’ensoleillement et les vents induits par cette tour située dans le fond de la vallée du Maelbeek ne soient étudiés et alors même qu’on peut lire dans l’étude d’impact qui accompagne le projet de règlement régional d’urbanisme zoné (RRUZ) de la rue de la Loi que les ombres portées et les vents induits par ce genre de bâtiment sont loin d’être négligeables. (lire l’article : PPAS Belliard-Etterbeek : la Région au secours des promoteurs !, publié par IEB le 11 décembre 2012).

Le permis d’urbanisme a été attaqué devant le Conseil d’État, qui ne s’est pas encore prononcé, mais la Région a eu la bonne idée d’intimer à la Ville de Bruxelles de faire régulariser le permis d’urbanisme a posteriori, par un PPAS « sur mesure » qui considère, devinez-quoi, qu’une tour de 24 étages à cet endroit est juste ce qu’il faut là où il faut...

Rappelons que cette tour est érigée dans un quartier qui comprend encore du logement traditionnel habité (la « réserve des indiens »). Mais le quartier, avec ses chantiers permanents depuis 40 ans, n’invite pas à la flânerie...

Le PPAS s’occupe aussi de « régulariser » le projet situé sur le terrain de l’ancienne BACOB, à l’angle de la rue Belliard et de la rue de Trêves. Il s’agit d’un bâtiment destiné au Parlement européen, qui a obtenu son permis malgré un avis défavorable de la commission de concertation. 30 000 m² de bureaux tout en hauteur sur une petite parcelle... (lire l’article : Parlement européen, entre concertation et passage en force, publié par IEB le 17 juin 2013).
On peut saluer l’un ou l’autre point positif du PPAS, comme le fait que le logement soit une fonction principale et que des prescriptions en matière de hauteur des constructions maximales soient prévues rue de Pascal et Toulouse.

Le 17 décembre 2014, la commission de concertation s’est réunie pour donner son avis sur le PPAS. L’avis majoritaire de la commission de concertation est favorable. Lire l’avis.

Ce PPAS ne s’occupe pas que de « régularisation », vous pouvez le lire dans les remarques de la Coordination Bruxelles-Europe (en néerlandais), qui réunit l’Association du Quartier Léopold (AQL) et le Groupe d’Animation du Quartier Européen (GAQ), soutenus par IEB et le Bral.


Présence IEB

Dernier ajout : 24 septembre.