Inter-Environnement Bruxelles Inter-Environnement Bruxelles

Neo, ce mystérieux inconnu

Publié le mercredi 25 septembre 2013, par IEB

À la fête de la Cité Modèle, IEB a tenu une action originale qui questionne les habitants de ce quartier populaire au sujet de l’atterissage annoncé du méga-projet Neo dans leur quartier. Un dispositif nous a permis de croquer ce Neo que peu connaissent, ou peuvent mesurer.

En réalité, après 4 heures d’animation, seuls un commerçant et un pensionné curieux nous ont dit savoir quelque chose de cet obscur projet de la Ville de Bruxelles et de sa société EXCS. Lire notre dossier Heysel.

Parallèlement, un jeu baptisé « Monquartierry » a permis d’aborder les besoins et attentes des habitants. Nous y apprenons qu’une piscine s’y trouvait et qu’elle manque à présent ; qu’un enfant réclame « un club » pour y faire du sport, qu’un « orphelinat ou une animalerie » seraient bien accueillis...

Le portrait-robot a mis en évidence à quel point ce projet Neo manque de dialogue démocratique avec la principale partie prenante : les Laekenois. Et que leurs besoins sont bien éloignés de l’atterrissage d’un temple de la consommation globalisée, et d’un palais des congrès flambant neuf où ils ne mettront peut-être jamais les pieds. C’est pourtant ce que prévoient leurs représentants à la Ville et à la Région, par exemple en adaptant l’affectation du sol du Heysel sur mesure pour ce grand projet, oubliant l’utilité publique actuelle du site, et tout ce qu’on pourrait y développer d’utile et accessible aux citoyens.

Caricaturé à l’aveuglette par ceux qui n’en savent presque rien, Neo a successivement pris la forme d’un rappeur bling-bling, puis d’un Uncle Sam qui attire les foules argentées, plus tard, de films d’actions très violents se passant entre les tour 1 et 4 de la Cité, et même d’une espèce de grand méchant loup qui capture les petits enfants avec un aspirateur géant.

Quand on lui demande : « dis-moi, pourquoi il est venu à Laeken alors ce Neo ? » « Parce qu’à Laeken, il y a beaucoup d’enfants ! » nous répond une participante à la fin du jeu de portrait-robot d’un monstre qu’elle risque de découvrir quand elle sera plus grande, sévissant le long de l’avenue Houba de Strooper.


Présence IEB

Dernier ajout : 25 septembre.