Inter-Environnement Bruxelles Inter-Environnement Bruxelles

Marche arrière pour Uplace !

Publié le mercredi 4 juin 2014, par IEB

Le ciel s’est sérieusement assombri pour Uplace. Le Conseil d’État a rendu le 28 mai dernier un arrêt plombant sérieusement ce projet prévoyant notamment un centre commercial de 80 000 m² et 6 000 places de parking. Le permis d’environnement a été annulé pour partialité du gouvernement flamand.

En effet, ce dernier avait signé en 2008 une convention sur la dépollution du site par laquelle il s’engageait envers Uplace à mettre tout en leur pouvoir pour accorder le permis d’environnement. C’est ainsi que la Ministre de l’Environnement avait délivré le permis contre l’avis de la province du Brabant flamand et contre celui de la Commission flamande des permis d’environnement (lire la position des associations environnementales : La ministre Schauvliege déroule le tapis rouge aux intérêts privés de Uplace).

Autre caillou dans la chaussure de Uplace : la mobilité. Le projet suppose de nombreux aménagements (desserte de transport en commun, création d’une nouvelle gare, élargissement du ring). Le Conseil d’État a considéré, de ce point de vue, qu’il y avait violation du principe de sécurité juridique dès lors il n’y avait aucune certitude quant aux investissements des différents projets.

Enfin, il est reproché au gouvernement flamand de ne pas avoir répondu suffisamment aux questions soulevées par les associations environnementales dans le cadre de l’enquête publique.

Résultat : toute la procédure est à recommencer. Pendant ce temps, les opérateurs du concurrent direct de Uplace, le projet Neo sur le plateau du Heysel, doivent se frotter les mains face à cette déconvenue. Mais les bottes de Neo sont-elles exemptes de cailloux ?


Actions

Dernier ajout : 19 septembre.