Inter-Environnement Bruxelles Inter-Environnement Bruxelles

Le scandale de la station d’épuration Bruxelles-Nord

Vendredi 5 mars 2010

Publié le mardi 2 mars 2010, par IEB

Un Café citoyen reviendra sur le scandale de la fermeture de la station d’épuration Bruxelles-Nord.

Organisé par Aquattac (le réseau « eau » des Attac d’Europe) avec le soutien d’IEB, un Café citoyen, reviendra sur ce scandale avec Marc Laimé[1], journaliste et collaborateur du Monde Diplomatique, Arnaud Pinxteren, député bruxellois (Ecolo), Mathieu Sonck, secrétaire général d’IEB.

  • Marc Laimé qui surveille depuis des années les dérives des multinationales françaises de l’eau nous éclairera et nous donnera son point de vue. Il estime notamment que la station a un défaut de conception et que les problèmes continueront...
  • Arnaud Pinxteren est actuellement député du Parlement bruxellois et, sous la précédente législature, a été assistant en charge de la politique de l’eau de la Ministre Huytebroeck.
  • Mathieu Sonck est secrétaire général d’Inter-Environnement Bruxelles qui fédère 80 comités d’habitants de Bruxelles.
    Le vendredi 5 mars à 20 h , à la Maison de la Paix, rue van Elewyck, 35, à 1050 Bruxelles.

Aquiris ou la preuve par l’exemple des dangers de la délégation au privé d’un service public essentiel
Du 8 au 19 décembre 2009, la fermeture de la station Epuration Nord décidée par Aquiris, une filiale de la multinationale Veolia entraîne une catastrophe écologique majeure en Flandre : les eaux usées de 1,1 million de Bruxellois ont été déversées dans la Senne et plusieurs rivières flamandes.
Les raisons invoquées par Aquiris : des excès de sable mettent en danger le fonctionnement de la station. La Région Flamande obtient en référé la réouverture de la station le 16 décembre. Le Parlement bruxellois, la presse et la Flandre se déchaînent contre la Ministre bruxelloise de l’Environnement, Evelyne Huytebroeck (Ecolo), responsable de la SBGE (Société Bruxelloise de la Gestion des Eaux). La Ministre est accusée de fautes graves dans la gestion de ce partenariat public-privé (la Région verse des annuités de 40 millions d’euros à Aquiris). La Ministre accuse Aquiris de faire un chantage pour renégocier à son avantage le contrat qui le lie à la Région Bruxelloise.

Tous les acteurs de ce dossier s’attaquent mutuellement en justice (des expertises sont en cours) et se renvoient la responsabilité de la catastrophe.

Avec plusieurs associations défendant la gestion de l’eau comme un service public, Aquattac a fait fin décembre une carte blanche et lancé une pétition pour la reprise publique d’Aquiris http://5860.lapetition.be/.

Infos : Kim Lê Quang, 0499/43 93 50.

Ce Café citoyen est organisé dans la continuité du colloque intitulé « Peut-on confier la gestion de l’eau aux entreprises privées ? » avec Danielle Mitterrand, Marc Laimé, Martin Pigeon (Corporate Europe Observatory)... et qui aura lieu de 13 h à 17h30, rue du Prince Royal, 37, à 1050 Bruxelles. Infos : www.etopia.be.



[1] Marc Laimé a écrit plusieurs livres dont : Le dossier de l’eau, pénurie, pollution, corruption , Le Seuil, 2003 ; Les batailles de l’eau , Terre Bleue, 2008 ; Manifeste pour l’eau publique (Collectif), Fondation Copernic-Syllepse, 2009.
Ses sites : Les eaux glacées du calcul égoïste, Carnets d’eau/Le Monde Diplomatique.

Agenda

Agenda

Dernier ajout : 15 septembre.