Inter-Environnement Bruxelles Inter-Environnement Bruxelles

Le monde des entreprises se met à l’heure du défi climatique…

Publié le jeudi 24 avril 2008, par Inter-Environnement Bruxelles

Ce 23 avril

2008 a eu lieu l’inauguration du premier bâtiment industriel passif de la Région bruxelloise. Relevé par la présence des ministres en charge de l’économie et de l’environnement ainsi que la bourgmestre de Ganshoren, l’administrateur de Renove Electric, Eddy Lemberechts, a présenté leur nouvelle installation. La preuve que si la volonté y est, les entreprises peuvent être des acteurs forts de la révolution énergétique à laquelle nous devons nous joindre dès à présent.

C’est officiel maintenant, Bruxelles possède donc son premier bâtiment industriel zéro énergie. Même si le projet reste perfectible, notamment au niveau de l’éco-construction, le bâtiment est un condensé unique en Belgique de ce qui existe depuis des décennies en dehors de nos contrées. Les panneaux solaires photovoltaïques et thermiques, le puits canadien couplé à la ventilation double flux ainsi que l’éolienne urbaine permettent à l’infrastructure de se passer de tout apport externe d’énergie que ce soit pour le chauffage ou l’éclairage. L’environnement et la biodiversité ne sont pas pour autant oublié puisque le bâtiment, entouré par des végétations indigènes et une mare biologique, est alimenté entièrement par l’eau de pluie, hormis pour la cafétéria.

Des ministres enthousiastes...

« L’innovation est un moteur essentiel de l’économie et de l’emploi. Ce bâtiment passif prouve, à ceux qui n’en sont pas encore persuadés, que l’économie et l’environnement font décidément bon ménage » affirme Benoît Cerexhe, ministre de l’économie et de l’emploi aussitôt rejoint par Evelyne Huytebroeck, ministre de l’environnement qui confirme. « L’isolation poussée des bâtiments et l’énergie solaire sont assurément les technologies les plus adaptées au milieu urbain. Le photovoltaïque est rentable et amortissable en moins de 5 ans » .

Objectif « zéro carbone » ?

Les propos de nos ministres augurent certainement des décisions courageuses en matière de lutte contre le réchauffement climatique. Irons-nous au bout de cette logique en alignant les objectifs du futur plan climat de Bruxelles sur celui de Londres, soit une réduction de 60% des émissions d’ici 2025 ? C’est en tout cas le souhait d’Inter-Environnement Bruxelles car s’il est bien un train à ne pas rater dans la compétition que se livrent les capitales européennes, c’est bien celui de leur réponse au défi climatique et de tout le potentiel économique généré par une politique volontariste en la matière.

Contacts

IEB, Erwan Marjo — 02/548 39 42 — courriel


Prises de position

Dernier ajout : 21 novembre.