Inter-Environnement Bruxelles Inter-Environnement Bruxelles

Le gouvernement bruxellois s’est prononcé contre Uplace. Il doit être cohérent : pas de certificat d’environnement pour Just Under the Sky !

Publié le mercredi 30 novembre 2011, par IEB

Des syndicats, des associations environnementales et urbaines, des défenseurs du patrimoine et des classes moyennes ainsi que des comités de quartier tant de Bruxelles que de Flandre, demandent instamment au gouvernement bruxellois de ne pas délivrer le certificat d’environnement du projet de centre commercial Just Under the Sky. En effet, alors que le gouvernement bruxellois s’est prononcé contre le projet Uplace, il ferait preuve d’une incohérence flagrante en soutenant au même moment Just Under the Sky.

Just Under the Sky (JUTS) est un projet de centre commercial (56 000 m², 1 653 places de parking) que veut réaliser le groupe Mestdagh à côté du pont Van Praet. Ce projet ne peut être que néfaste pour la mobilité, le patrimoine et le commerce. Ses effets négatifs dépasseront largement les frontières de la Région bruxelloise.

Petit détour par la procédure. Le 20 septembre 2011, Mestdagh a obtenu un certificat d’urbanisme (qui préfigure un permis à venir). Ce certificat est sans valeur en l’absence de certificat d’environnement. Or le groupe Mestdagh n’a pas encore obtenu ce dernier. En effet, l’administration bruxelloise de l’environnement a émis un refus tacite et le Collège de l’environnement (auprès duquel Mestdagh a fait appel de la non-délivrance de certificat) a confirmé ce refus. Mestdagh a alors derechef introduit un appel auprès du gouvernement bruxellois. Il appartient donc maintenant à ce dernier de décider de délivrer (ou non !) le certificat, vu le refus tacite des autorités compétentes.

En conséquence, nous demandons que le gouvernement refuse de délivrer le certificat d’environnement. Il y a en effet de multiples raisons de refuser le certificat d’environnement :

  • le projet ne tient nullement compte des effets cumulatifs, tant du point de vue de la mobilité et que de celui de la pollution, liés aux autres projets de centres commerciaux à proximité (Uplace à Machelen et NEO au Heysel). Le projet NEO prévoit 4 490 nouvelles places de parking. Le plateau du Heysel compterait alors 12 000 places de parkings. Or tant JUTS que NEO sont dépendants du Ring de Bruxelles et de la A12 pour leur accessibilité en voiture. Uplace serait situé quelques kilomètres plus loin, au bord du Ring, et compterait 6 000 places de parking. Ce risque évident de surcharge automobile n’a fait l’objet d’aucune concertation entre la Région bruxelloise et la Région flamande. Encore plus choquant, cet effet cumulatif n’a pas été étudié pour les deux projets prenant place dans le nord de la Région, sur le territoire de Bruxelles-Ville. Il est évident qu’une étude complémentaire est nécessaire.
  • Le projet n’est pas compatible avec les objectifs de mobilité régionaux approuvés dans le cadre du plan IRIS 2 qui prévoit une réduction de 20% de la pression automobile d’ici 2018. Dans les périodes actives, JUTS attend 155 000 visiteurs par semaine dont 70 % viendraient en voiture ! Le Pont Van Praet qui constitue une porte d’accès importante de Bruxelles pour la navette sera encore plus saturé qu’il ne l’est aujourd’hui. Sans compter la charge ajoutée des autres projets précités. Ce qui générera davantage de circulation et donc davantage de particules polluantes dans l’air. Et ce avec d’autant plus d’intensité que les voitures seront bloquées dans des embouteillages.
  • JUTS rend inatteignable le respect des normes européennes en matière d’émissions de dioxyde d’azote (40 micro-grammes NO2/m³ comme moyenne annuelle d’ici 2015). En ce qui concerne la norme pour les micro-particules (PM10), Bruxelles est déjà en infraction. Alors que 35 dépassements de la norme sont autorisés annuellement, ce sont 79 dépassements qui ont déjà été constatés à Haren. A Molenbeek, nous sommes à 38 dépassements. Bref : à politique inchangée, de lourdes amendes européennes s’abattront sur le gouvernement bruxellois. De même que de lourdes menaces pèseront à terme sur la santé publique ! Ce bilan négatif rend aussi utopique l’ambition de Bruxelles d’être la Capitale Verte de l’Europe en 2014.
  • Selon le projet de schéma-directeur de Schaerbeek-Formation, le territoire qui s’étend le long du canal entre JUTS et UPLACE doit constituer une zone zéro émission de CO2. Or JUTS fait partie du périmètre du schéma-directeur et devrait donc respecter ces orientations, ce qu’il est loin de faire.

Dans son avis relatif au projet Uplace rendu en juillet 2011, le gouvernement bruxellois a brandi des arguments qui s’appliquent au projet JUTS : « absence de possibilités de synergie avec les développements attenants planifiés », « absence d’analyse des effets cumulés de la mobilité générée par les projets », « développement de Shaerbeek-Formation souffrira d’effets négatifs dus au projet », « augmentation de la congestion, des nuisances sonores et des émissions polluantes », « charge supplémentaire de véhicules sur un Ring déjà saturé », « le projet va directement à l’encontre des plans du Gouvernement bruxellois visant la réduction de la circulation automobile de 20% à l’horizon 2018 », « l’augmentation des émissions de NO2 ». [1]

Si le gouvernement bruxellois veut être crédible et cohérent, il se doit de refuser la délivrance du d’un certificat d’environnement à un projet qui causerait exactement les mêmes nuisances que celles qu’il dénonçait quelques mois plus tôt.

BRAL (Brusselse Raad voor het Leefmilieu), IEB (Inter-Environnement Bruxelles), Bruxelles Fabriques, ARAU, La Fonderie, Pétitions-Patrimoine, le comité de quartier Marie-Christine/Reine/Stéphanie, le comité inter-quartiers de Neder-Over-Heembeek et la Platforme Interrégionale pour une Economie durable (ACV regio Halle-Vilvoorde, ACV/CSC Bruxelles, ACW Brussel–Halle-Vilvoorde, UNIZO regio Vlaams–Brabant en Brussel, Union des Classe Moyennes, Bond Beter Leefmilieu).

Contacts

Notes

[1Note du gouvernement bruxellois du 14 juillet 2011 dans le cadre de l’enquête publique sur le projet Uplace Machelen.


Prises de position

Dernier ajout : 23 juillet.