Inter-Environnement Bruxelles

Le dernier espace vert de Negenmanneke menacé par une frénésie immobilière

Publié le mercredi 6 mai, par SOS Negenmanneke
Version imprimable

Récemment, une enquête publique a eu lieu à Sint-Pieters-Leeuw concernant un nouveau lotissement dans un intérieur d’îlot délimité par la Brusselbaan, la Bezemstraat et le Vogelzangbeek. Les habitant·e·s et l’association de protection de la nature CCN Vogelzang CBN ont réagi en masse et ont fait part de leurs objections à la Commune. Néanmoins, nous tirons la sonnette d’alarme car nous craignons qu’il soit difficile de rivaliser avec la puissance d’un grand promoteur immobilier et avec les mantras de la densification et de la promotion de constructions dans les intérieurs d’îlots qui ont pour but de bétonner nos derniers espaces verts.

De nouvelles rues et 30 logements sont prévus dans les jardins arrières des résidents actuels. Il n’y aura pas moins de 60 places de parking et une trentaine d’arbres seront abattus ! Le « Negen-manneke » est déjà une zone très urbanisée. La qualité de l’air laisse beaucoup à désirer et la pol-lution de l’air sur la Brusselbaan, près du nouveau lotissement prévu, est similaire à celle du Ring de Bruxelles.

Le quartier de Negenmanneke fait régulièrement la une des journaux en raison des inondations qui touchent une grande partie du quartier, encore et toujours. L’intérieur d’îlot, aujourd’hui encore vert et calme, est une zone sujette aux inondations et en cas de fortes pluies, des pompes doivent déjà essayer de maintenir les caves des habitants au sec. En aval, dans la Oudstrijdersstraat, un projet communal de « démolition de béton » prévoit la démolition d’un ancien hangar de 2 800 m² pour donner plus d’oxygène au Vogelzangbeek. Démolir en aval alors que les berges du ruisseau se-ront bétonnées plus en amont ne semble pas avoir beaucoup de sens. De plus, la démolition en aval sera financée par des fonds publics tandis que le bétonnage en amont générera un joli profit privé pour le promoteur immobilier.

De l’autre côté du ruisseau, sur le territoire de la commune d’Anderlecht, se situe la réserve naturelle de Vogelzang, qui doit constamment faire face à une forte pression d’urbanisation croissante des deux côtés de la frontière régionale. Le promoteur du projet utilise la vue sur la réserve naturelle comme un argument de vente supplémentaire tout en bétonnant le dernier morceau de verdure des résidents actuels. Dans l’étude d’incidences, nous lisons d’autres discours de vente qui font sourciller. A un jet de pierre du projet se trouveraient 3 gares, en supposant qu’Uccle et Forest soient facilement accessibles. Le bureau d’étude met également l’accent sur la connexion facile aux routes principales à proximité du lotissement mais oublie carrément de mentionner les embouteillages quotidiens de la Brusselbaan et de la chaussée de Mons. La proximité de plusieurs écoles serait un atout, sans mentionner à nouveau la pénurie déjà présente de places dans les écoles de la commune.

Negenmanneke et Zuun se construit à un rythme effréné bien que la qualité de certains nouveaux projets puisse être mis en question. Certains projets sont difficiles à vendre et sont ensuite propo-sés à des prix promotionnels. Triste affaire pour les acheteurs qui ont acheté au prix fort et qui n’indique pas non plus une éventuelle pénurie de logements.

Les nouveaux projets climatiques dévoilés ces derniers mois se rejoignent invariablement concernant l’importance de la plantation d’arbres, de l’amélioration de la qualité de l’air, et de la revalorisation des artères vertes et bleues, dans la lutte contre la sécheresse et les inondations. Auraientils , lors de l’établissement de ces beaux plans climatiques, oublié l’intérieur de l’îlot entre la Brusselbaan, la Bezemstraat et le Vogelzangbeek ?

▪ Contact : SOS Negenmanneke


Soutien

Dernier ajout : 6 juin.