Inter-Environnement Bruxelles Inter-Environnement Bruxelles

La prison s’invite au conseil communal

Publié le mercredi 12 septembre 2012, par IEB

Tags :

« Si cette prison devait se construire, le Collège mettra tout en œuvre pour garantir la qualité de vie à Haren. Les habitants n’ont pas à faire les frais des problèmes Fédéraux. » C’est en citant cette déclaration de Freddy Thielemans que Laurent Moulin, porte-parole du Comité des Habitants de Haren, a introduit son texte d’interpellation ce lundi soir au Conseil Communal de la Ville de Bruxelles. La réponse a hélas été décevante.

Une délégation d’habitants solidaires de la démarche était présente et en attente de réponses à leurs revendications : « Nous vous demandons aujourd’hui de nous dire clairement et concrètement quelles seront les opportunités qu’apportera cette prison pour Haren et ce qui est mis en œuvre pour les réaliser. » La réplique a hélas été décevante. En réponse aux inquiétudes des habitants il est simplement proposé d’améliorer la mobilité, d’aménager une promenade verte qui sera même agréable, de construire une crèche – dans un futur proche – parce que à Haren il ne manque absolument pas d’école, et monsieur le Bourgmestre de conclure bon enfant, que de toute façon « les prisons n’augmentent pas la criminalité aux alentours ». Enfin une bonne nouvelle qui rassure, parce que pour le reste les habitants ne savent toujours pas où exactement ce projet sera parachuté et se demandent s’ils seront un jour concertés sur la question.

Interpellation du conseil communal : 10 Septembre 2012
Quel avenir pour Haren ? Qui veille à nos intérêts ?



Monsieur le Bourgmestre,
Mesdames et messieurs les échevins et conseillers

Le 24 janvier dernier au dernier Forum de quartier, vous nous avez dit : « Si cette prison devait se construire, le Collège mettra tout en œuvre pour garantir la qualité de vie à Haren. Les habitants n’ont pas à faire les frais des “problèmes fédéraux” ».

Aujourd’hui, 8 mois plus tard, à Haren, nous sommes toujours très inquiets.

Nous voulons faire confiance à la Ville qui dit vouloir défendre nos intérêts. Et de fait, vous avez par exemple porté certaines de nos inquiétudes en amendements dans le cahier des charges de la prison. Pourtant, malgré l’information que nous recevons, nous ne voyons rien venir de positif pour le village et ses habitants. Nous craignons que les nuisances ne soient qu’atténuées pour diminuer le mal et rendre l’agonie du village un peu moins brutale. Nous craignons également que de nombreux aspects importants liés à un tel projet ne soient négligés, ce qui nous fait douter que ce projet soit pris en mains de manière responsable pour l’avenir des Harenois et cela à tout niveau.

En bref, nous nous demandons toujours : comment sauver la qualité de vie à Haren ?

Quel est le plan pour garder le caractère rural de Haren et désenclaver le village ?

Nous vous demandons aujourd’hui de nous dire clairement et concrètement quelles seront les opportunités qu’apportera cette prison pour Haren et ce qui est mis en œuvre pour les réaliser.

Nous avons près de chez nous, à Diegem, un marché, une boulangerie et d’autres commerces, un stade, des écoles, des restaurants, la foire qui vient s’installer régulièrement. Le projet que l’on nous propose nous éloignera un peu plus de ces services !

Est-ce vraiment de cela dont nous avons besoin pour garantir la qualité de vie à Haren ?

Nous vous demandons, Madame Noël, si une crèche rue du Witloof améliorera la vie des Harenois ? Quelles autres retombées positives prévoyez-vous pour les familles suite à l’installation d’une MEGA-prison à Haren ?

Nous vous demandons, Madame Hariche, ce que vous avez prévu pour l’encadrement de nos jeunes à qui l’on semble n’offrir qu’une prison comme avenir ? Ne devrait-on pas conserver ces terrains pour des écoles ou des centres d’animations ? Nous rêvons de structure et d’encadrement pour nos jeunes AVANT de les envoyer en prison.

Nous vous demandons, Monsieur Ouriaghli, si vous avez prévu de mettre à disposition des propriétés communales à Haren pour créer des espaces de détentes pour les Harenois et les jeunes en particulier ? On cherche toujours un bâtiment pour les bibliothèques semble-t-il. Les scouts sont hébergés précairement à la maison de quartier. Certains quartiers n’ont pas d’espace vert public.

Nous vous demandons, Monsieur Ceux, ce que vous avez prévu pour interdire le trafic de transit qu’occasionnera cette MEGA-prison ? Quel est votre projet pour relier les Harenois de la rue du Witloof avec le reste du village ? Quels sont les plans de mobilité en cas d’incidents qui semblent inhérents aux prisons ? A fortiori à une MEGA Prison.

Nous vous demandons, M. Fassi Fihri, ce que vous avez prévu en terme de culture pour compenser l’implantation d’une MEGA-prison de 1 200 détenus dans un village de 4 500 habitants qui n’a qu’un centre culturel flamand (où beaucoup de francophone ne s’y sentent pas à l’aise) et une maison de quartier du C.P.A.S. comme encadrement culturel. Qu’est-il prévu pour permettre aux habitants d’accueillir sereinement ce bouleversement ?

Nous vous demandons, Madame Lalieux, comment sera gérée la propreté du village et des alentours de la prison – on prévoit du transit piéton entre les gares et la prison – alors qu’on observe aujourd’hui que l’entretien du village et des sentiers est difficilement gérable. Quel budget miracle permettra de garder la tête hors de l’eau. N’est-ce pas une nouvelle occasion pour asphyxier Haren ?

Nous vous demandons, Monsieur Mampaka, ce que vous avez prévu pour suppléer à la perte d’espaces de détentes et la perte d’espaces verts ? Des infrastructures sportives et ludiques seront installées dans l’enceinte de la prison, n’est-ce pas le moment de profiter de la présence des entrepreneurs pour étendre les aménagements ?

Nous vous demandons, Monsieur De Hertog, quels sont les actuels commerces Harenois qui bénéficieront de la proximité de la prison et quel est votre plan pour offrir de nouveaux commerces aux Harenois ou veiller à ce que les nouveaux commerces se tournent également vers les habitants du village ?

Nous vous demandons, Monsieur El Ktibi, comment les voiries du village seront entretenues ? Il est difficile déjà aujourd’hui d’aménager décemment les abords d’écoles, quel budget miracle nous permettra de maintenir le village soumis à une pression supplémentaire ? Le fédéral nous explique que la participation doit être gérée depuis la ville, ce projet de « plus grande prison de Belgique » sur cette terre oubliée, ne mérite-t-il pas un effort particulier de communication et d’implication des habitants ?

Nous vous demandons, Monsieur le Bourgmestre Thielemans, comment vous allez vous organiser pour obtenir une intervention policière à Haren dans les 5 minutes, tel que cela est proposé dans la zone de Bruxelles Nord. Qu’y aura-t-il de plus pour les Harenois que des voitures de polices sillonnant les boulevards autours du village et sans intérêts pour la vie du village. Est-ce que cette prison est un adieu, pour Haren, à une police de proximité, présente et au contact de la population du village ? Devons-nous nous résoudre à comprendre qu’il y a d’autres priorités ?

Aujourd’hui Mesdames et Messieurs, dans l’état actuel des choses, la majorité des Harenois dit un NON massif à ce projet de MEGA prison.

Un NON massif parce que nous perdons nos espaces de vie.

Un NON massif parce que nous perdons notre liaison naturelle vers le village le plus proche (Diegem) et que nous serons encore plus enclavés qu’auparavant.

Un NON massif, parce qu’avec la STIB, l’OTAN, l’aéroport, Infrabel, le diabolo, le terrain des gens du voyage, les différentes lignes de trains traversant le village avec notamment des trains de marchandises, etc, nous avons eu notre part de projets d’utilité publique sans intérêt pour les Harenois et accueilli sans compensation pour maintenir la qualité de vie à Haren.

Un NON massif, parce que la prison sera à l’origine de pollutions sonores, lumineuses et visuelles supplémentaires, jours et nuits, dans un environnement déjà plus que largement touché par diverses pollutions.

Un NON massif parce que la qualité de vie des Harenois repose sur une densité démographique faible, sur des cheminements naturels, des potagers et pâtures qui compensent les nombreuses pollutions de notre environnement direct.

Un NON massif parce que nous refusons de perdre le Keelbeek, un des derniers sites remarquables de la région : sa rue vers Diegem, sa terre sablonneuse et son parc des télétubies.

Un NON massif, parce que nous perdons nos espaces de vie, nous perdons l’âme de notre village et enfin parce que, comme vous l’avez dit, nous n’avons pas à subir à Haren des conséquences de la précipitation du fédéral pour ce projet qui pourtant se traine depuis des décennies.

Les candidats bâtisseurs ont déposés leurs offres. Les autorités qui doivent remettre les permis s’organisent. La Ville et la Région doivent émettre un avis important par rapport au projet et au détournement de la rue du Keelbeek : qu’êtes-vous prêt à accepter sans compromettre la qualité de vie à Haren ?

Nous attendons que le Bourgmestre et le collège se manifestent énergiquement dans les débats pour prendre la défense de 4 500 Bruxellois qui risquent de voir leur espace de vie déstabilisé et défiguré par l’implantation de la plus grande prison de Belgique. Nous voulons voir la ville défendre clairement ses intérêts et se battre pour ses administrés.

Dès lors, nous exigeons de savoir très précisément ce que la Ville est prête à accepter ? Ce que vous proposez comme avenir aux Harenois ?

Nous exigeons que les réponses structurelles soient implémentées anticipativement ou simultanément aux travaux liés à la prison.

Mesdames et messieurs, quelle est l’opportunité ici pour Haren ? Qu’est-ce qui est fait pour la réaliser ? Comment sera garantie la qualité de vie à Haren ?

Au nom du Comité des Habitants de Haren, je vous remercie.


Présence IEB

Dernier ajout : 23 septembre.