Inter-Environnement Bruxelles Inter-Environnement Bruxelles

Hambourg

La gentrification n’est pas une fiction

Publié le mercredi 12 octobre 2011, par IEB

Deuxième plus grande ville d’Allemagne après Berlin avec ses 1,8 million d’habitants, Hambourg doit en partie sa prospérité aux activités de son port maritime. Pour rivaliser avec les plus grandes métropoles d’Europe, le Land d’Hambourg n’a pas froid aux yeux. Depuis quelques années, ses élus ont soutenu un processus de transformation radicale d’une ancienne partie du port en “nouveau centre-ville”.

Chiffré à plusieurs milliards d’euros, ce projet d’urbanisme appelé “Hafencity” est l’un des plus grands du genre en Europe. Il vise à transformer pas moins de 155 hectares de hangars et d’entrepôts en nouveaux immeubles pharaoniques, dessinés par les plus “grands noms” de l’architecture inter­nationale. Accessoirement, les retombées sociales sont catastrophiques pour les habitants des quartiers populaires qui bordent cette zone, incapables de faire face à la hausse des loyers, à l’apparition de nombreux lofts et à la transformation de leurs quartiers en lieux de vie nocturne destinés à la “classe créative” que les promoteurs et les pouvoirs publics tentent d’attirer.

Le phénomène est à ce point avancé que la “classe créative” en question a fini par se diviser sur le sujet. Ainsi, une des particularités d’Hambourg est de compter aujourd’hui des mouvements sociaux très actifs dans la lutte contre la gentrification. Nombreux sont les artistes conscients d’être instrumentalisés dans le but de favoriser ce processus d’éviction des habitants à bas revenus. Dans plusieurs quartiers, dont celui de Sankt Pauli (nouveau lieu branché proche de la zone portuaire) est un des plus symboliques, des initiatives anti-gentrification se sont mises en place : squattage de bâtiments vides dont l’effet a été d’effrayer les promoteurs et d’éviter la hausse des loyers dans certaines rues, organisation de manifestations et autres actions ludiques, création du “Park Fiction” (parc précaire créé le long du port par et pour les habitants), création du réseau “Il pleut du caviar”, constitution d’une archive d’urbanisme indépendant, réalisation de films documentaires pour donner la parole à ceux que personne ne voudrait entendre, sites internet, publication d’un manifeste intitulé “Pas en notre nom”, etc. Ce mouvement a permis de créer des alliances entre une partie de la classe moyenne “créative” au nom de laquelle s’opère la gentrification, et la classe populaire qui en est la première victime. Il a aussi le mérite d’avoir mis la question de la gentrification au cœur du débat social. Ainsi, si nos décideurs politiques et promoteurs locaux salivent à l’idée d’un “Hafencity” sur le canal de Bruxelles, Hambourg et son mouvement de contestation sociale pourraient aussi être une source d’inspiration pour les Bruxellois qui ne souhaitent pas voir leur ville se transformer en grand parc d’attraction pour les touristes et les hommes d’affaires du monde entier.

www.parkfiction.org
www.esregnetkaviar.de
www.ieb.be/plouf/lien4


PLOUF - Un pavé dans le canal

Dernier ajout : 17 août.