Inter-Environnement Bruxelles Inter-Environnement Bruxelles

La Belgique ne mérite pas de sursis pour le respect des normes de qualité de l’air

Publié le vendredi 23 décembre 2011, par I E B

Tags :

Le mouvement associatif porte plainte auprès de l’Europe contre la pollution de l’air.

Notamment en raison du nombre très élevé de voitures diesels qui circulent en Belgique, la qualité de notre air est sérieusement mise à mal. Les Régions flamande et bruxelloise demandent un sursis jusque 2015 auprès de la Commission européenne pour se mettre en conformité avec les normes de concentration de NO2 dans l’air. Le Bral, IEB et le Fietsersbond s’insurgent contre cette demande. Elles ne constatent pas la mise en œuvre d’une politique volontariste pour restreindre les déplacements automobiles et la part du diesel. Nos autorités sont trop laxistes en la matière et ne méritent aucun report.

À Bruxelles et Anvers, la concentration de NO2 dépasse la norme européenne de qualité de l’air. Fin septembre, la Flandre et Bruxelles ont introduit en commun une demande de report pour leur mise en conformité. Pour ce faire, les deux autorités ont présenté la liste des mesures visant à garantir le respect de la norme d’ici à 2015. La Flandre se prévaut de son plan de qualité de l’air fraîchement adopté et Bruxelles présente son plan IRIS II.

Le Bral, IEB et le Fietsersbond connaissent ces documents et ne voient pas en quoi ils garantissent le respect des normes de concentration de NO2 d’ici 2015. Les mesures présentées sont plus un catalogue d’intentions – dont rien ne garantit la réalisation. Quant aux mesures déjà mises en place, elles produisent un effet très limité. En réalité, les deux Régions tentent de noyer le poisson.

Pour cette raison, le Bral, IEB et le Fietsersbond veulent s’en tenir à la procédure de plainte formelle qui existe auprès de la Commission. Suite à l’analyse approfondie de la demande de sursis, le Bral, IEB et le Fietsersbond alertent la Commission sur la présentation exagérément optimiste de certains passages du rapport présenté et sur le fait que des intentions sont vendues comme des décisions politiques. Pour les associations, les signaux sont clairs : cela fait plus de 10 ans que la Région bruxelloise annonce une diminution de la pression automobile de 20% et que cet objectif est reporté de plan en plan. Quant à l’ambition de faire progresser fortement la part des déplacements de vélo – à concurrence de 20% selon le Plan vélo actuel – elle évolue à peine. Il est maintenant trop tard pour atteindre la norme européenne sur ces bases, même en 2015. Sans compter que dans le même temps, le gouvernement bruxellois donne son feu vert pour des projets qui produisent l’effet inverse et augmentent la pression automobile, notamment en laissant la Ville de Bruxelles développer le projet Neo au Heysel et délivrer un certificat d’urbanisme pour le projet de centre commercial Just Under the Sky.

La Flandre ne fait pas mieux et ne projette même pas de diminuer le nombre de déplacements de voiture. Elle continue de développer ses infrastructures routières, pensons à l’élargissement du Ring. Elle va même jusqu’à adopter une nouvelle réglementation fiscale qui favorise l’usage du diesel sur l’essence. Comment la Flandre espère-t-elle de cette façon atteindre le respect des normes de qualité de l’air ? Il est vrai que le gouvernement fédéral ne montre pas le bon exemple : alors qu’on espérait une politique plus restrictive sur l’usage du diésel et des voitures de société, les accises sur le diesel restent plus basses que sur l’essence et l’avantage fiscal des voitures de société reste pratiquement inchangé.

Conclusion : visiblement la Belgique ne prend pas la réglementation européenne sur la qualité de l’air au sérieux. Nous continuons à avantager l’usage du diésel et nous ne mettons toujours presqu’aucun frein à l’avantage en nature de la voiture de société ni aux infrastructures qui dopent les déplacements en voiture, lesquels empêchent le vélo de prendre la place qui lui revient. Cela mérite clairement la délivrance d’un carton jaune de la part de la Commission.

Contact

  • Piet Van Meerbeek, Bral, 02/217 56 33, 0478/999 707.
  • Roel De Cleen, Fietsersbond vzw, 02/502 68 51, 0486/306 604.

Prises de position

Dernier ajout : 24 octobre.