Inter-Environnement Bruxelles Inter-Environnement Bruxelles

Enquêtes publiques suivies par IEB — 18 janvier 2018

Publié le mercredi 17 janvier, par IEB

Inter-Environnement Bruxelles s’intéresse particulièrement aux dossiers ci-dessous. Pour plus d’informations, n’hésitez pas à contacter la personne de référence ou notre adresse générale : Inter-Environnement Bruxelles.

Concertation à venir

• La Marina se jette à l’eau. Anderlecht : quai Fernand Demets, 6, avenue Raymond Vander Bruggen, 5 à 7 et 11 à 13. Le gouvernement a approuvé le 7 décembre le plan particulier d’affectation du sol (PPAS) concernant la zone de Biestebroeck. Ce PPAS autorise la réalisation d’une marina (port de plaisance entouré de logements haut de gamme) à proximité de la rue Wayez. Le développeur, The Dock, vient d’introduire une demande de permis mixte pour démolir trois bâtiments existants et construire un ensemble de 8 immeubles (R+3+T à R+14) abritant 302 logements avec des commerces, des espaces destinés à des professions libérales, une crèche, un hôtel de 96 chambres, un parking couvert de 345 places, le tout organisé autour d’une marina destinée à accueillir des plaisanciers. Un projet très dense, replié sur lui-même et déconnecté des réalités du quartier. Le projet modifie l’itinéraire cyclable ICR “CK” au droit de la connexion avec le quai Fernand Demets et modifie le profil de la voirie quai Fernand Demets pour créer un pont dalle au-dessus du passage vers le bassin pour accueillir les bateaux de plaisance. Il exige la création d’un chenal et la modification du réseau hydrographique. Il prévoit enfin l’abattage de 87 arbres à haute tige sur le domaine public et la plantation de 5 arbres. Lire les remarques d’IEB. Vous pouvez lire ici l’avis des associations sur le projet : « Anderlecht reçoit sa marina ! Inacceptable ! ». Signez la pétition sur www.change.org. Concertation le 18 janvier 2018. Contactez Claire Scohier et Alexis Dabin.

Résultats de concertations

• Réaménagement de voirie. Schaerbeek : Allée Verte, avenue de la Reine, chaussée d’Anvers, square Jules De Trooz, rue des Palais, place Masui, rue du Progrès et rue du Pavillon. Demande de permis d’urbanisme pour réaménager la rue des Palais entre le square De Trooz et la rue Van Schoor ; réaménager le square De Trooz, une partie de l’avenue de la Reine, la voirie du Pavillon et la rue des Palais jusqu’à la rue Van Schoor. La Commission de concertation a remis le 20 décembre dernier un avis favorable au projet. Lire l’avis. Il est approuvé presque sans réserve. Aucune des remarques ni des questions soulevées par IEB (lire les remarques d’IEB) ne trouvent cependant écho dans cet avis. Si le projet permettra de restaurer des voiries fort dégradées et d’améliorer la circulation des modes actifs, le square de Trooz restera un point noir dans la mobilité douce, en gardant un rôle de barrière pour les piétons et les cyclistes. La Commune perd ainsi l’occasion d’adapter un no-man’s land dédié à la voiture en un carrefour à échelle humaine, se révélant incapable de gérer l’encombrant héritage historique autant qu’idéologique de cette infrastructure routière. Pour remettre en contexte l’aménagement de ce carrefour, vous pouvez consulter l’analyse que vient de publier IEB : « Square de Trooz : petite histoire d’un carrefour routier ». Contactez Thibault Jacobs et Thyl Van Gyzegem.

• Tour Philips : un monstre désormais « emblématique ». Bruxelles-Ville : boulevard Anspach, 1. Demande de permis d’urbanisme pour transformer une tour de bureau en une tour au programme mixte (infrastructures d’intérêt général et surfaces commerciales dans le socle et bureaux aux étages) et aménager une nouvelle place côté rue de Laeken en supprimant le passage du bus.
Stigmate d’une longue errance urbanistique comprise entre 1954 et 1974, la double tour Philips (1967-1969), sera restaurée selon le projet soumis à l’enquête publique du 9 novembre au 8 décembre 2017. La Commission de concertation, réunie le 20 décembre en présence de la Direction régionale de l’urbanisme, de Citydev et de la Direction régionale des Monuments et des Sites, a rendu un avis unanime favorable au projet de rénovation. Lire l’avis. Toutefois, le demandeur devra modifier le projet afin de privilégier l’accès au parking souterrain de 527 emplacements par la rue des Augustins, en le maintenant intégré au bâtiment. Autre point important, le demandeur devra fournir l’accord de la STIB concernant la suppression du passage des bus sur la parcelle côté rue de Laeken. Enfin le projet de réaménagement des abords devra être affiné en concertation avec les administrations concernées. Un avis qui déboute les 9 réclamations et/ou demandes d’audition introduites par des habitants qui portaient essentiellement sur une opposition au projet de rénovation de la tour, estimée trop imposante, et demandant de réduire de 4 à 6 étages sa hauteur actuelle qui en compte 15, juchés sur un socle de 3 niveaux en béton.
Œuvre du tristement célèbre Groupe Structures (groupe d’architectes d’obédience fonctionnaliste, auteur du Plan Manhattan), la Tour Philips et le Centre Monnaie (1967-1971) qui lui fait face, deux complexes administratifs hors d’échelle, défigureront la place De Brouckère. Désormais considéré comme « un élément emblématique dans le tissu urbain bruxellois », la rénovation de l’immeuble Philips est, dans le sillage de The Mint, « adapté aux besoins actuels tout en maintenant sa lecture originelle ». Sa requalification est en effet perçue par la Commission comme « une amélioration de l’intégration de l’immeuble au cadre urbain environnant » : une revitalisation du centre-ville focalisée sur l’offre commerciale et l’Horeca, de la place Rogier au quartier Saint-Jacques ? « On est au cœur d’un milliard d’euros d’investissements à Bruxelles », déclarait Serge Fautré, CEO d’AG Real Estate, propriétaire du Centre Monnaie-The Mint, au journal La Libre (18/10/2017). Listant la rénovation de la rue Neuve, de la place Rogier, celle du City 2, dont AG Real Estate est propriétaire, du Chambon, de Brucity, d’Actiris, de la Bourse, de l’Îlot sacré, etc., il concluait : « Cela reflète une chose, en tous les cas : les acteurs immobiliers voient plus loin que l’opinion publique. »
Contactez Stéphanie D’Haenens.


Enquêtes suivies par IEB

Dernier ajout : 18 octobre.