Inter-Environnement Bruxelles Inter-Environnement Bruxelles

Des pommes surréalistes rue du Pépin ?

Publié le mardi 19 avril 2011, par IEB

Pétitions-Patrimoine et Inter-Environnement Bruxelles réagissent au projet de rénovation d’un immeuble rue du Pépin qui a abrité l’artiste surréaliste
Marcel Mariën : et si Bruxelles inaugurait un musée pour les amis de Magritte ?

Le musée Magritte place Royale est une réussite et un indéniable succès. Aujourd’hui, René Magritte est le peintre belge le plus connu au monde. Au point que la Belgique se définit elle-même comme étant « surréaliste »… Néanmoins, Magritte n’a pas créé dans un désert artistique. Il était entouré d’autres artistes-peintres, poètes, éditeurs, musiciens, illustrateurs, créateurs d’objets, surréalistes comme lui. C’est bien souvent qu’il a été influencé, inspiré et aidé par eux. Ne serait-ce pas justice de leur dédier à eux aussi, un lieu de mémoire ?

A un jet de pinceau de la place Royale se trouve la rue du Pépin. Et rue du Pépin se trouve le n°28 où Marcel Mariën, membre du « noyau dur » autour de Magritte a habité. Il y a fondé la revue surréaliste « Les lèvres nues ». En effet, l’adresse est mentionnée sur les revues mais aussi dans de multiples publications sur le surréalisme à Bruxelles et en Belgique. Des réunions de ce cercle extrêmement fécond se tenaient à cette adresse. Donc, un lieu de création également.

Aujourd’hui cette maison se trouve encore dans le même état qu’à l’époque de Mariën, dans les années cinquante. Un projet d’agrandissement assez conséquent (puisque demandant des dérogations au RRU) est en ce moment à l’enquête publique. Ce projet concerne également les maisons voisines (le 26 et le 30). Si le projet reçoit un permis pour un tel agrandissement, ce témoin historique sera dénaturé.

Or il serait logique et particulièrement habile d’aménager dans cette maison une vitrine permanente du mouvement surréaliste cher à notre Région. Depuis la place Royale, de nombreux amateurs pourraient ainsi compléter leurs connaissances à propos de nos meilleurs artistes bruxellois. De plus, cette idée est en cohérence avec la volonté régionale de protéger et valoriser les ateliers d’artistes bruxellois. Il y aurait donc la possibilité de lier les grandes institutions de la place Royale à un parcours culturel reliant de plus petites structures comme la rue du Pépin, l’atelier de Marcel Hastir au 51 rue du Commerce, l’atelier Wiertz et d’autres lieux à découvrir.

La Région bruxelloise possède un savoir-faire exceptionnel en matière de mise en valeur d’un lieu. Nous pensons par exemple à la maison Autrique de Victor Horta transformée avec talent en « Maison imaginaire »

La Commission de concertation du 6 mai 2011 doit refuser le projet d’agrandissement pour des motifs historiques. Les autorités culturelles et touristiques doivent s’unir entre Ville, Région, Musées nationaux et OPT pour saisir cette opportunité très « réaliste » et faire de ce « pépin » une splendide pomme surréaliste.

Contact pour ce dossier : Antoine Boucher (Pétitions-Patrimoine), 0493/17 96 36.


Prises de position

Dernier ajout : 25 août.