Inter-Environnement Bruxelles Inter-Environnement Bruxelles

Cureghem, un abattoir et une terre d’accueil !

Publié le mercredi 19 août 2015, par IEB

Tags :

En ce milieu d’été, Inter-Environnement Bruxelles a le plaisir de partager avec vous non pas un mais deux journaux : son traditionnel Bruxelles en mouvements consacré cette fois à un quartier central de Bruxelles où IEB vient de s’installer fin 2014 : Cureghem. Et en complément, un journal entièrement consacré aux abattoirs d’Anderlecht.

Cureghem fait partie d’Anderlecht, une des communes les plus peuplées de la Région de Bruxelles-Capitale. L’activité économique y reste intense malgré la désindustrialisation. Territoire très dense et très bâti, les espaces verts y sont rares et disputés. Mais Cureghem ne se réduit évidemment pas à une addition de quartiers ou à des moyennes statistiques, c’est bien plus que ça !

La position urbaine stratégique de Cureghem n’est pas neuve. Terre déjà convoitée à la fin du 19e siècle pour le développement de ses industries, ce territoire enclavé mais néanmoins vissé au centre ville n’a eu de cesse d’être la terre d’accueil d’une population en quête d’un travail ou d’un logement. Le dédain de la commune pour la population fortement immigrée du quartier (et non doté d’un droit de vote) a conduit à sa dégradation lente. Mais l’apparition de dispositifs d’investissements publics va peu à peu changer ce climat d’abandon. Cureghem fait l’objet désormais de toute l’attention communale et régionale et se voit la cible d’une kyrielle de dispositifs publics ou privés bien au-delà de la figure classique du contrat de quartier. Et les promoteurs privés sont à l’affût d’effets d’aubaine transformant ce territoire en une opportunité foncière générant l’arrivée massive et soudaine de logements et d’activités sans lien avec les besoins des habitants. Cependant aujourd’hui encore de nombreuses familles immigrées atterrissent dans le quartier grâce à un réseau primaire de relations. Elles y trouvent entraide et repères culturels le temps de trouver éventuellement un logement, ou un travail plus stable ailleurs. Cureghem reste à ce titre une terre d’accueil pour ceux qui ne savent plus suivre l’évolution de la rente foncière.

Ce dossier spécial retrace la mue lente du quartier et les questions qu’elle pose notamment en terme socio-économique. Il interroge l’effet des contrats de quartier, les défaillances communales en matière de logements, les répercussions des projets immobiliers en cours (quartier Midi, Biestebroeck, Heyvaert...) et les liens entre le quartier et certaines activités économiques telles le commerce d’exportation de voitures et plus largement la fragilisation de l’articulation entre une économie de proximité et « l’international du bas ». Le tout réalisé en collaboration avec des chercheurs de l’ULB mais aussi deux structures locales de Cureghem actives sur les questions urbaines et de logement : le Centre de Rénovation Urbaine (CRU) et l’Union des Locataires d’Anderlecht (ULAC).

Dans ces pages, nous évoquerons aussi le travail de Forum Abattoir, structure née du désir de la SA Abattoir, du CRU et d’IEB d’assurer une mise en débat du devenir de ce lieu clé de Cureghem : les Abattoirs d’Anderlecht. La masse de matières récoltées sur 18 mois d’activités du Forum fait l’objet d’un journal séparé qui accompagne ce numéro : « L’abattoir illustré. 125 ans d’abattage à Anderlecht », intégralement traduit en néerlandais.

L’Abattoir Illustré invite à questionner la place de l’abattoir dans une ville et plus particulièrement celui d’Anderlecht. Relayant des positions de travailleurs, d’usagers du site et d’acteurs locaux, il fonctionne comme une caisse de résonance pour mieux pénétrer les entrailles de l’abattoir mais aussi penser sa place et son intégration au territoire de Cureghem.

Le site des abattoirs d’Anderlecht (10,5 hectares) est aujourd’hui à un tournant stratégique de son existence : l’espace qu’il occupe au cœur de Bruxelles et en bordure du canal a amené la SA Abattoir, gestionnaire, à réfléchir sérieusement au devenir de ses activités sous la forme d’un Master Plan. Les interrogations multiples sur son avenir ont également attiré l’attention d’acteurs régionaux, communaux et associatifs : quelles sont les perspectives de développement du quartier ? Attire-t-il les convoitises de promoteurs immobiliers ? Comment s’insère-t-il dans les plans régionaux du développement du canal ? Comment placer les habitants au centre du débat sur l’avenir de leur quartier ? L’enjeu, ici, n’est-il pas le maintien d’une activité productive, pourvoyeuse d’emploi dans une zone que certains voudraient petit à petit réservée à l’habitat ? Comment penser le nouvel abattoir pour qu’il s’intègre le mieux au quartier et soit le plus respectueux du bien être animal ? A ce titre, le journal relaie des témoignages de professionnels des métiers de la viande, des architectes, des enfants, des habitants, des étudiants, des clients du marché... et laisse aussi la place à ceux qui ne parlent pas : les animaux.


Prises de position

Dernier ajout : 24 septembre.