Inter-Environnement Bruxelles Inter-Environnement Bruxelles

Contre la privatisation de l’eau

Publié le lundi 27 septembre 2010, par IEB

Tags :

Ce 29 septembre 2010, il est prévu d’approuver au Conseil des Droits de l’Homme des Nations unies un projet de Résolution sur le droit à l’eau et à l’assainissement basé en partie sur les recommandations issues du Rapport de l’Experte indépendante Catarina de Albuquerque.

Ce projet représente une régression considérable par rapport à la Résolution de l’Assemblée Générale des Nations unies du 28 juillet qui a reconnu l’accès à l’eau comme un droit humain fondamental, surtout en raison de deux paragraphes :

  • Le premier stipule que les États sont libres d’impliquer le secteur privé dans la gestion de l’eau ;
  • Le deuxième souligne la responsabilité spécifique du secteur privé dans la réalisation des droits humains .

Il est le fruit d’une co-écriture entre les Missions Permanentes de l’Allemagne et de l’Espagne auprès des Nations unies, à Genève. Ces Missions parrainent donc le projet.
Il en ressort que leur « leadership » au sein des discussions intergouvernementales sur la question est supérieur à celui du Président du Conseil des Droits de l’Homme.

C’est pourquoi, nous vous proposons donc d’envoyer cette lettre avec votre signature en premier lieu à ces deux Missions. En second lieu, au Président du Conseil des Droits de l’Homme des Nations unies avec en copie les autres Missions des États membres du Conseil des Droits de l’Homme.

Infos : http://ierpe.eu.



1) A la Mission permanente de l’Allemagne (mission.germany@ties.itu.int)

A Son Excellence Mr. Reinhard Schweppe
Ambassadeur de la Mission Permanente de l’Allemagne auprès des Nations-Unies
Genève, Suisse

Objet : Projet de Résolution sur le droit à l’eau et à l’assainissement.

Votre Excellence,

Ayant pris connaissance du projet de Résolution sur le droit à l’eau et à l’assainissement, co-écrit et parrainé par votre Mission Permanente et celle de l’Espagne, nous demandons avec force que le paragraphe OP7 qui stipule que les Etats sont libres d’impliquer le secteur privé dans la gestion de l’eau et le paragraphe OP 9 qui souligne la responsabilité spécifique des acteurs non-étatiques dans la réalisation des droits humains soient éliminés en considération du fait que, par ces deux paragraphes, si la Résolution est approuvée, le Conseil des Droits de l’Homme légitimerait la privatisation des services hydriques et la marchandisation de l’eau en flagrante contradiction avec la Résolution [A/RES/64/292] du 28 juillet dernier qui affirme que le droit à l’eau et à l’assainissement est un droit fondamental et dès lors, non soumis aux mécanismes du marché.

En outre nous dénonçons le fait qu’en approuvant ladite Résolution, les instances des Nations unies continuent leur action de transfert aux entreprises privées de la responsabilité de la gestion de l’eau et abandonnent ainsi leurs prérogatives au plan international de défense du droit à la vie pour tous les habitants de la planète.

Cordialement,


2) A la Mission permanente de l’Espagne (mission.spain@ties.itu.int)

A Son Excellence Mr. Javier Garrigues
Ambassadeur de la Mission Permanente de l’Espagne auprès des Nations unies
Genève, Suisse

Objet : Projet de Résolution sur le droit à l’eau et à l’assainissement.

Votre Excellence,

Ayant pris connaissance du projet de Résolution sur le droit à l’eau et à l’assainissement, co-écrit et parrainé par votre Mission Permanente et celle de l’Allemagne, nous demandons avec force que le paragraphe OP7 qui stipule que les Etats sont libres d’impliquer le secteur privé dans la gestion de l’eau et le paragraphe OP 9 qui souligne la responsabilité spécifique des acteurs non-étatiques dans la réalisation des droits humains soient éliminés en considération du fait que, par ces deux paragraphes, si la Résolution est approuvée, le Conseil des Droits de l’Homme légitimerait la privatisation des services hydriques et la marchandisation de l’eau en flagrante contradiction avec la Résolution [A/RES/64/292] du 28 juillet dernier qui affirme que le droit à l’eau et à l’assainissement est un droit fondamental et dès lors, non soumis aux mécanismes du marché.

En outre nous dénonçons le fait qu’en approuvant ladite Résolution, les instances des Nations unies continuent leur action de transfert aux entreprises privées de la responsabilité de la gestion de l’eau et abandonnent ainsi leurs prérogatives au plan international de défense du droit à la vie pour tous les habitants de la planète.

Cordialement,


3) Au Président du Conseil des Droits de l’Homme des Nations unies (hrcpresidency1@ohchr.org, hrcpresidency2@ohchr.org, hrcpresidency3@ohchr.org, mission.thailand@ties.itu.int)

et en copie aux autres Mission des États membres du Conseil des Droits de l’Homme des Nations unies (contact@mission-angola.ch, mission.argentina@ties.itu.int, info@bahrain-mission.ch, mission.bangladesh@ties.itu.int, geneva@diplobel.fed.be, mission.brazil@delbrasgen.org, mission.burkina@ties.itu.int, mission.cameroun@bluewin.ch, misginchile@minrel.gov.cl, mission.china@ties.itu.int, embacubaginebra@missioncuba.ch, mission.djibouti@djibouti.ch, onuginebra@mmrree.gov.ec, mission.france@ties.itu.int, mission.gabon@ties.itu.int, chancery@ghana-mission.ch, mission.guatemala@ties.itu.int, gva.mission@kum.hu, mission@gv.mofa.go.jp, info@jordanmission.ch, kyrgyzmission@bluewin.ch, mission.libye@bluewin.ch, malgeneva@kln.gov.my, info@maldivesmission.ch, mission.mauritania@ties.itu.int, mission.mauritius@ties.itu.int, mission.mexico@ties.itu.int, mission-nigeria@bluewin.ch, mission.geneva@mfa.no, mission.pakistan@ties.itu.int, bogumila.bialas@msz.gov.pl, mission.qatar@ties.itu.int, mission.korea-rep@ties.itu.int, mission.moldova@ties.itu.int, mission.russian@vtxnet.ch, saudiamission@bluewin.ch, mission.senegal@ties.itu.int, pm.geneva@mzv.sk, mission.spain@ties.itu.int, mission-geneve-oi@eda.admin.ch, mission.uganda@ties.itu.int, mission.ukraine@ties.itu.int, geneva_un@fco.gov.uk, mission.usa@ties.itu.int, mission.uruguay@urunugi.ch, mission.zambia@ties.itu.int)

A Son Excellence Mr. Sihasak Phuangketkeow
Président du Conseil des Droits de l’Homme des Nations unies
Genève, Suisse

Cc : États membres, Conseil des Droits de l’Homme des NU

Objet : Projet de Résolution sur le droit à l’eau et à l’assainissement.

Votre Excellence,

Ayant pris connaissance du Projet de Résolution sur le droit à l’eau et à l’assainissement qui sera bientôt soumis au vote du Conseil des Droits de l’Homme, nous demandons avec force que le paragraphe OP7 qui stipule que les États sont libres d’impliquer le secteur privé dans la gestion de l’eau et le paragraphe OP 9 qui souligne la responsabilité spécifique des acteurs non-étatiques dans la réalisation des droits humains soient éliminés en considération du fait que, par ces deux paragraphes, le Conseil des Droits de l’Homme légitimerait la privatisation des services hydriques et la marchandisation de l’eau en flagrante contradiction avec la Résolution [A/RES/64/292] du 28 juillet dernier qui affirme que le droit à l’eau et à l’assainissement est un droit fondamental et dès lors, non soumis aux mécanismes du marché.

En outre nous dénonçons le fait qu’en approuvant ladite Résolution, les instances des Nations unies continuent leur action de transfert aux entreprises privées de la responsabilité de la gestion de l’eau et abandonnent ainsi leurs prérogatives au plan international de défense du droit à la vie pour tous les habitants de la planète.

Cordialement,


Plus d’infos : www.unog.ch


Actions

Dernier ajout : 18 octobre.