Inter-Environnement Bruxelles Inter-Environnement Bruxelles

Dossier – Rue du Progrès

Conclusions

Publié le dimanche 20 février 2011, par IEB

Tags :

La Jonction Nord-Midi fut construite à un moment où elle n’était sans doute plus nécessaire. Coût social : 13 000 habitants expulsés. Le Plan Manhattan a mis plus de 30 ans pour se réaliser partiellement sans jamais remplir ses promesses. Coût social : 11 000 habitants expulsés. Combien de plans et de projets voués au progrès et de quartiers détruits faudra-t-il encore pour que nos dirigeants actent qu’aucun projet d’utilité publique ne justifie l’atteinte ainsi faite au droit au logement ? Les faits sont d’autant plus choquants lorsque l’on voit un parastatal invoquer l’utilité publique alors qu’il développe des pratiques très sélectives dont les conséquences pèsent dommageablement sur ceux qui bénéficient le moins de l’infrastructure dite d’utilité publique.

Ce dossier met aussi en exergue le bras de fer disproportionné entre, d’un côté, un opérateur public supra-régional aux pratiques entrepreneuriales, qui entraîne dans son sillage commune et Région et, de l’autre, une poignée d’habitants mal outillés pour défendre leurs intérêts légitimes. Le poids de l’argument d’expertise technique est tel que tout le monde se convainc que le projet présenté est le seul tenable et que les alternatives, présentant pourtant comme avantage indiscutable le maintien de toute une rue, ne peuvent le concurrencer.

Les acteurs dominants de ces rapports de force auraient sans doute eu plus d’intérêts qu’ils ne le pensent à ouvrir une oreille plus attentive aux habitants et aux associations qui tentent de les soutenir. L’histoire de Bruxelles montre que les combats menés par les habitants ont à plusieurs reprises empêché la destruction de lieux de vie et préservé la fonction sociale des territoires au côté de leurs fonctions économiques.

BEM n°245 – 20 février 2011

BEM n°245 – 20 février 2011

Dernier ajout : 26 septembre.